Lancement du projet ANR “SoV – Sortir de la violence” 20 janvier 2017

Le vendredi 20 janvier 2917 a démarré le projet ANR SoV – Sortir de la violence. Il a réuni les membres de l’équipe ainsi que du Comité scientifique international dans les locaux de la FMSH et clôturait la “Semaine Sortir de la violence” qui s’est tenue du 17 au 20 janvier avec diverses activités relatives à la thématique de la sortie de la violence.Une première rencontre des membres avait déjà eu lieu le 7 octobre 2016 qui a permis les premiers échanges scientifiques et la mise en place administrative du projet.

A cette occasion, plusieurs membres de l’ANR ont également participé au lancement du Panel international sur la sortie de la violence qui s’est déroulé à Paris les 18 et 19 janvier 2017.

Jérôme Ferret, membre de l’ANR et coresponsable de la tâche “De l’expérience subjective à l’engagement collectif”, est également intervenue dans le séminaire du CADIS où il a présenté une intervention intitulée “Conflit / violence / subjectivation : crise sociale et mouvements en Espagne aujourd’hui“.

 

Présentation du projet

SoV – Sortir de la violence est un projet financé par l’Agence nationale de la recherche et dirigé par Yvon Le Bot. Il part des travaux sur la radicalisation et les violences extrêmes pour aboutir à l’analyse de la sortie et de la prévention de la violence. Ce projet vise à comparer de manière transversale et multidimensionnelle des expériences de violence extrême et de sortie de violence situées dans des aires géographiques différentes, afin de livrer des clés de compréhension aux phénomènes contemporains, en combinant des apports pluridisciplinaires (sociologie, science politique, anthropologie, droit) et en dépassant le « nationalisme méthodologique » et les cloisonnements théoriques et géographiques trop souvent reproduits.

La perspective comparatiste et la méthodologie originale permettront de croiser les terrains (Amérique latine, Afrique, Europe, Proche et Moyen-Orient), les niveaux d’analyse (du local au global), de décloisonner les aires géographiques et d’étudier les processus de subjectivation et de dé-subjectivation des acteurs.

L’objectif final est d’approfondir les motifs de la mobilisation radicale et violente et de contribuer à l’apport de connaissances transversales, en confrontant plusieurs contextes d’affrontements armés, afin d’apporter des éclairages utiles aux acteurs et décideurs politiques, ainsi qu’aux chercheurs et analystes.

La recherche a débuté en janvier 2017 et durera au moins 36 mois. Quatre axes transversaux seront privilégiés, grâce aux travaux menés sous la direction d’une dizaine de chercheurs confirmés :

1. De l’expérience subjective à l’engagement collectif

Sous la responsabilité de Jérôme Ferret et Michel Wieviorka

2. De la radicalisation au passage à l’acte

Sous la responsabilité de Jean-Pierre Dozon et Sabrina Melenotte

3. Comment sortir de la violence (ou ne pas y rentrer)?

Sous la responsabilité d’Yvon Le Bot et Laetitia Bucaille

4. Justice, injustice et émotions politiques

Sous la responsabilité de Pénélope Larzillière et Jacobo Grajales


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.