20 décembre 2018 | Jean-François Bayart “Violence et religion dans le champ africano-français” | salle A3-35 au 54 bd Raspail | Séminaire Violence et sortie de la violence

Séminaire de la Plateforme

Violence et sortie de la violence

 

Co-animé par Michel Wieviorka, Pierre Conesa, Jean-Pierre Dozon, 

Farhad Khosrokhavar et Yvon Le Bot.

Co-organisé par Sabrina Melenotte et Sylvain Antichan

20 décembre 2018

17h30-19h30 | salle A3-35 | 54, bd Raspail 75 006 Paris 

Jean-François Bayart

“Violence et religion dans le champ africano-français” 

Sur inscription inscription.seminaire@msh-paris.fr 

 

 

Résumé

Le rapport privilégié que la religion entretiendrait avec la violence est devenu l’un des poncifs du débat public. En proie au djihadisme et au radicalisme politique du christianisme évangélique, l’Afrique semble être un cas d’espèce. Mais cette pseudo-évidence soulève plus de questions qu’elle n’apporte de réponses. De quelle violence, de quelles religions, et même de quelle Afrique parle-t-on ? La guerre, en Afrique, a été politique, et non pas religieuse. Elle a eu pour objet le contrôle de l’État et des ressources, plutôt que celui des âmes, même si elle a pu emprunter, ici ou là, le langage de Dieu.

Le chassé-croisé de la violence et de la religion doit être analysé au cas par cas, à l’échelle des terroirs historiques. Aux antipodes des généralisations idéologiques apparaît alors un objet sociologique très circonscrit : des mouvements armés d’orientation religieuse qui participent d’obédiences diverses, aussi bien islamiques que chrétiennes, conduisent des insurrections sociales, mais occupent une place marginale dans les interactions entre Dieu et César. Au fil de cette réflexion, c’est toute l’histoire de l’État en Afrique qui apparaît sous un jour nouveau. Mais aussi la question du djihadisme qui est désormais au cœur de la relation entre l’Afrique sahélienne et la France, tout en étant appréhendée à travers un effet de loupe des plus dommageables, nonobstant les évidences historiques, sociales et politiques.

Bio

Jean-François Bayart, ancien directeur du CERI (1994-2000), fondateur des revues Politique africaine et Critique internationale, est professeur à l’IHEID de Genève, et titulaire de la chaire Yves Oltramare « Religion et politique dans le monde contemporain ». Spécialiste de sociologie historique comparée du politique, il travaille sur la formation de l’Etat dans le contexte de la globalisation et sur les pratiques de subjectivation politique, en particulier en Afrique sub-saharienne, en Turquie et en Iran. Il est l’auteur d’une série d’ouvrages de références, L’Etat en Afrique : la politique du ventre (réédité en 2006), L’illusion identitaire (réédité en 2018) ou encore Le gouvernement du monde: une critique politique de la globalisation (2004). Il a récemment publié Violence et religion en Afrique (Karthala, 2018).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.