10 janvier 2019 | Général Henri Bentegeat “La décision politique d’engager la force armée en temps de crise” | 17h30 en salle A3-35 au 54 bd Raspail | Séminaire Violence et sortie de la violence

Séminaire de la Plateforme

Violence et sortie de la violence

 

Co-animé par Michel Wieviorka, Pierre Conesa, Jean-Pierre Dozon, 

Farhad Khosrokhavar et Yvon Le Bot.

Co-organisé par Sabrina Melenotte et Sylvain Antichan

 

10 janvier 2019

17h30-19h30 | salle A3-35 | 54, bd Raspail 75 006 Paris 

Général Henri Bentegeat

“La décision politique d’engager la force armée en temps de crise”

  Sur inscription inscription.seminaire@msh-paris.fr 

 

Résumé

Le thème abordé est celui de la décision d’emploi de la force armée dans les crises internationales ou sur le territoire national. La France est plus interventionniste que la plupart de ses partenaires, excepté les Etats-Unis ou le Royaume-Uni. C’est un produit de son histoire, la conséquence de son statut de membre permanent du Conseil de Sécurité et le fruit de ses engagements internationaux.                    

Ses interventions militaires sont facilités par un processus décisionnel bien rôdé et plus « efficace » que celui de ses alliés : une organisation simple, réactive, structurée et adaptable, ordonnée autour de la personne du Président, chef des armées. Ses limites ne doivent pas, pour autant, être sous-estimées : appréciation difficile des situations, poids des opinions publiques, divergence d’approches entre politiques et militaires, pesanteur des coalitions, encadrement de l’emploi des forces sur le territoire national… La tentation la plus redoutable est celle d’une réponse exclusivement militaire à des crises appelant un traitement pluridisciplinaire.

Bio

Le général Henri Bentégeat, Saint-Cyrien(1965-67), a commandé des unités blindées en Allemagne, en Afrique et en France. Il a été attaché militaire à Washington(1990-1992) et adjoint du chef de l’état-major particulier de François Mitterrand et de Jacques Chirac (1993-1996). Après avoir commandé les armées aux Antilles, il a été directeur-adjoint de la Délégation aux affaires stratégiques du ministère de la défense, puis chef de l’état-major particulier du président Chirac (1999-2002). Chef d’état-major des armées de 2002 à 2006, il a exercé les fonctions de président du comité militaire de l’Union Européenne de 2006 à 2009. Diplômé de l’I.E.P. Paris et breveté de l’École de guerre.

PROGRAMME  2018-2019

À la suite des attentats de 2015, la FMSH a mis en place la Plateforme Violence  et  sortie de la violence qui compte deux Observatoires, le premier consacré aux phénomènes de radicalisation, le second à la prévention et à la sortie de la violence. Le séminaire international commun aux deux observatoires assure une vie intellectuelle exigeante et constitue un lieu de rencontres entre l’univers de la recherche et celui de l’action.  
Pour la quatrième année consécutive, le séminaire poursuit l’invitation de chercheurs de renommée internationale pour approfondir la compréhension des phénomènes de violence et faire de la sortie de violence un domaine de recherche à part entière.
Le  programme 2018-2019 se concentre notamment sur les processus décisionnels, les mécanismes de pouvoir et le rôle d’acteurs politiques dans la négociation, voire l’échec dans la gestion de crises politiques et/ou humanitaires. Dans cette perspective, il est prévu l’invitation au séminaire d’acteurs publics ayant participé à la décision d’engager ou non les moyens de la violence d’État, à la gérer puis à en cesser l’usage.

Quelques questions traverseront les séances :

  • De quelles informations disposiez-vous au moment de la prise de décisions auxquelles vous avez participé lors de crises passées ?
  • Quels services ou quelles administrations vous ont semblé avoir la perception la plus juste de la situation ?
  • Des analyses d’experts et/ou d’universitaires vous ont-t-elles été utiles ? Selon quelles formes vous sont-elles parvenues ?
  • Comment ont fonctionné selon vous les mécanismes décisionnels d’engagement des moyens de l’État (police, gendarmerie, armées, moyens de renseignement) ?
  • Comment entame-t-on des négociations de sortie de crise avec des acteurs armés ?

Le  séminaire  respectera les principes du Chatham House lors de la venue d’acteurs politiques.

Les séances du séminaire se tiendront dans la salle A3-35, de 17h30 à 19h30, au 54 bd Raspail 75 006 Paris, sauf cas exceptionnel.
Séminaire sur inscription : inscription.seminaire@msh-paris.fr (inscription automatique par l’envoi d’un mail)

Prochaines séances :

Jeudi 31 janvier 2019
Benjamin Stora | France – Algérie : une impossible sortie de guerre ?

Jeudi 7 février 2019
Michel Foucher | Chercheurs et décideurs : assurer sans inspirer ?

Jeudi 14 février 2019
Sandrine Lefranc | Des procès rwandais à Paris, résonances locales d’une justice globale

Jeudi 21 février 2019
Amiral Pierrick Blairon | Retour d’expérience sur la décision politique en temps de crise : de l’ex-Yougoslavie à l’Afghanistan

Jeudi 14 mars 2019
Kevin Mc Donald | Radicalisation/Déradicalisation. Sociologie d’une expérience

Jeudi 21 mars 2019
Jean-Claude Cousseran | Retour d’expérience sur la révolution iranienne

Jeudi 28 mars 2019
Alain Juillet | La gestion de crise face à la violence sociale, politique ou militaire: nécessité de l’information pour la prise de décision et l’ouverture du dialogue

Jeudi 11 avril 2019
Eric Lair | La Colombie entre guerre et paix: (dis)continuités de la violence des guérillas et des paramilitaires

Jeudi 9 mai 2019
Victoria Sanford | Anthropological Methods for Documenting Human Rights Violations and Genocide

Jeudi 23 mai 2019
Veena Das | A Child Disappears: Law and Violence in the Interstices of Everyday Life


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.