11 avril | Angela Muvumba-Sellstrom “How Diplomatic Interventions Shape Rebel Behavior” | Séminaire de la Plateforme Violence et sortie de la violence

 

Séminaire de la Plateforme

 Violence et sortie de la violence

Co-animé par Michel Wieviorka, Pierre Conesa, Jean-Pierre Dozon, 

Farhad Khosrokhavar et Yvon Le Bot.

Organisé par Sabrina Melenotte et Michel Zumkir

11 avril 2019

17h30-19h30 | salle A3-35 | 54, bd Raspail 75 006 Paris 

Angela Muvumba-Sellstrom

“How Diplomatic Interventions Shape Rebel Behavior”

Sur inscription inscription.seminaire@msh-paris.fr 

(inscription automatique par l’envoi d’un mail)

 

 

Résumé

Afin de protéger la population civile, la communauté internationale est souvent obligée d’intervenir dans les conflits internes. Cependant, les acteurs externes ont-ils le pouvoir de façonner le comportement des rebelles ? Les efforts non coercitifs et non violents peuvent-ils faire la différence ?

Cette présentation présente les travaux entrepris sur la persuasion en tant que mécanisme par lequel la diplomatie pourrait inciter les groupes rebelles à limiter leur recours à la violence contre les civils.

Angela Muvumba Sellström (Université d’Uppsala, Département de la recherche sur la paix et les conflits) mettra en lumière les résultats de ses recherches avec Dr. Lisa Hultman (boursière de l’Académie Wallenberg, Université d’Uppsala, Département de la recherche sur la paix et les conflits). Elle se concentrera sur la médiation, qui sert d’intermédiaire pour l’intervention diplomatique dans son étude empirique.

La présentation est basée sur une étude qui utilise une approche mixte et qui mesure les effets de la médiation sur la réduction des meurtres commis par les rebelles et de la violence sexuelle contre les civils.

Premièrement, leurs conclusions suggèrent que la médiation améliore les perspectives de réduction de la violence lorsque les groupes rebelles ont un commandement central fort, mais pas autrement. Deuxièmement, selon une étude de cas du mouvement rebelle burundais, le CNDD-FDD (Conseil national pour la défense de la démocratie – Forces pour la défense de la démocratie), il est soutenu que la communauté internationale peut inciter les dirigeants à limiter et même à modifier leur tendance à commettre des abus civils.

Cependant, il existe des limitations importantes en termes de changements durables dans le comportement des rebelles. Les mesures diplomatiques directes n’ont d’impact que sous certaines conditions.

Bio

Angela Muvumba-Sellstrom est professeure adjointe au département de recherche sur la paix et les conflits de l’Université d’Uppsala, en Suède. Elle est directrice de la formation internationale au département et a également organisé le programme international de formation au dialogue et à la médiation avec la Fondation Dag Hammarskjöld. Elle dirige le projet sur la prévention de la violence sexuelle, financé par le Conseil suédois de la recherche, enseigne aux cycles supérieurs et contribue à la recherche sur les interventions internationales et les guerres civiles.

PROGRAMME  2018-2019

À la suite des attentats de 2015, la FMSH a mis en place la Plateforme Violence  et  sortie de la violence qui compte deux Observatoires, le premier consacré aux phénomènes de radicalisation, le second à la prévention et à la sortie de la violence. Le séminaire international commun aux deux observatoires assure une vie intellectuelle exigeante et constitue un lieu de rencontres entre l’univers de la recherche et celui de l’action.  
Pour la quatrième année consécutive, le séminaire poursuit l’invitation de chercheurs de renommée internationale pour approfondir la compréhension des phénomènes de violence et faire de la sortie de violence un domaine de recherche à part entière.
Le  programme 2018-2019 se concentre notamment sur les processus décisionnels, les mécanismes de pouvoir et le rôle d’acteurs politiques dans la négociation, voire l’échec, dans la gestion de crises politiques et/ou humanitaires.

Quelques questions traverseront les séances :

  • De quelles informations disposiez-vous au moment de la prise de décisions auxquelles vous avez participé lors de crises passées ?
  • Quels services ou quelles administrations vous ont semblé avoir la perception la plus juste de la situation ?
  • Des analyses d’experts et/ou d’universitaires vous ont-t-elles été utiles ? Selon quelles formes vous sont-elles parvenues ?
  • Comment ont fonctionné selon vous les mécanismes décisionnels d’engagement des moyens de l’État (police, gendarmerie, armées, moyens de renseignement) ?
  • Comment entame-t-on des négociations de sortie de crise avec des acteurs armés ?

Le  séminaire  respectera les principes du Chatham House lors de la venue d’acteurs politiques.

Les séances du séminaire se tiendront dans la salle A3-35, de 17h30 à 19h30, au 54 bd Raspail 75 006 Paris, sauf cas exceptionnel.
Séminaire sur inscription : inscription.seminaire@msh-paris.fr (inscription automatique par l’envoi d’un mail).

Prochaines séances :

Jeudi 9 mai 2019

Victoria Sanford | Anthropological Methods for Documenting Human Rights Violations and Genocide

Jeudi 23 mai 2019
Veena Das | A Child Disappears: Law and Violence in the Interstices of Everyday Life

6 juin 2019
Eric Lair | La Colombie entre guerre et paix: (dis)continuités de la violence des guérillas et des paramilitaires


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.