6 juin | Eric Lair “La Colombie entre guerre et paix: (dis)continuités de la violence des guérillas et des paramilitaires” | Séminaire de la Plateforme Violence et sortie de la violence

Séminaire de la Plateforme

 Violence et sortie de la violence

Co-animé par Michel Wieviorka, Pierre Conesa, Jean-Pierre Dozon, 

Farhad Khosrokhavar et Yvon Le Bot.

Organisé par Sabrina Melenotte

6 juin 2019

17h30-19h30 | salle A3-35 | 54, bd Raspail 75 006 Paris 

Eric Lair

“La Colombie entre guerre et paix: (dis)continuités de la violence des guérillas et des paramilitaires”

Séance en anglais

Dernière séance de l’année universitaire 2018-2019

Sur inscription inscription.seminaire@msh-paris.fr 

(inscription automatique par l’envoi d’un mail)

 

Résumé

Les accords de paix conclus en 2016 entre le gouvernement du Président Juan Manuel Santos et la guérilla des Forces Armées Révolutionnaires de Colombie – Armée du Peuple (FARC-EP) constituent un événement historique. Ils font écho aux différentes négociations qui ont été conduites à partir de la décennie 1980 avec la plupart des factions illégales, alliées ou opposées à l’État, pour trouver une issue à la guerre en Colombie. Les accords ont ouvert la perspective d’une paix durable après plus d’un demi-siècle d’insurrection des FARC-EP. Comme jamais auparavant, ils ont été relayés par un élan international en faveur de la fin des hostilités suscitant d’innombrables attentes.

Toutefois, la paix avec les FARC-EP n’a pas été sans générer des phénomènes de polarisation et de résistance dans la société colombienne. Les termes des accords ont été rejetés par referendum avant d’être modifiés puis examinés au Parlement sur fond de tensions politiques et juridiques. Le texte approuvé sous contrôle constitutionnel est aujourd’hui mis à l’épreuve dans les faits. Il se heurte au non-respect voire à la dénonciation de certains engagements pris par les signataires. Il est également confronté à d’importantes demandes en matière de justice ou encore à des attentes mémorielles croissantes pour les crimes commis. Enfin, il fait face aux vicissitudes du retour à la vie civile de la guérilla. Ces défis illustrent les difficultés de la construction de la paix au-delà des textes a fortiori dans une configuration de guerre prolongée entre de multiples protagonistes.

En effet, la Colombie connaît un contexte de guerre et de paix qui ne se limite pas aux négociations avec les FARC-EP. La conjoncture s’insère dans des problématiques complexes associées au passé. Elle invite à un regard croisé sur d’autres événements majeurs comme les accords souscrits au cours des années 2000 entre le pouvoir officiel et les organisations paramilitaires fédérées sous la bannière des Autodéfenses Unies de Colombie (AUC). En lutte contre les guérilleros, les paramilitaires ont marqué la guerre et la paix dans le pays. Tous les belligérants ont contribué, avec des nuances selon les cas, à des (dis)continuités de la violence alors que des membres des AUC et des FARC-EP ont repris ou n’ont jamais abandonné la voie des armes.

Cette communication propose ainsi de réfléchir sur les transitions incertaines de la guerre à la paix selon une approche comparative. La Colombie s’accommode mal de la figure du “post-conflit”. Elle incarne plutôt une forme d’hybridation où l’ordre et le désordre ne sont pas antinomiques. Pour essayer de comprendre la situation, il s’agit ici de s’intéresser aux violences des guérillas et des paramilitaires en privilégiant les FARC-EP et les AUC sans occulter l’influence de l’État qui, en dépit de faiblesses souvent décriées, s’affirme constamment entre les frontières de la guerre et la paix.

Une préoccupation centrale animera les analyses : comment caractériser les dynamiques, les modalités et les imaginaires de la violence ?

Bio

Politologue, Éric Lair est enseignant et coordinateur de recherche au Centre d’Études sur les Conflits et la Paix de l’Université du Rosaire à Bogota. Il se consacre, depuis plus de vingt ans, aux évolutions de la guerre en Colombie qui a donné lieu à divers processus de sortie de la violence. Il a réalisé de nombreux entretiens en particulier dans les rangs des groupes armés non-étatiques. Ses travaux actuels portent sur les trajectoires des (ex-)paramilitaires, longtemps aux prises avec les guérillas, dans la région Caraïbe parmi des populations indiennes et afro-descendantes.

Il a notamment publié : (en coédition avec Gonzalo Sánchez) Violencias y estrategias colectivas en la región andina, IFEA-IEPRI-Norma; “La Colombie entre guerre et paix”, Politique Étrangère ; “Colombia : una guerra contra los civiles”, Colombia Internacional ; “Colombia’s internal armed conflict”, Princeton UniversityPLAS Cuadernos ; “La guerre en Colombie à la croisée des chemins”, Géopolitique ; (en collaboration avec Idaly Barreto, José-Manuel Sabucedo, Amalio Blanco, et. al.), “Rhetoric, political ideology and the peace process in Colombia”, Studies in Conflict and Terrorism.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.