Conversation avec Jérôme Ferret et Farhad Khosrokhavar : « L’islam radical a une capacité à capter toutes les vulnérabilités sociales » – The Conversation

Cet article est publié dans le cadre des activités de la Plateforme Violence et sortie de la violence (FMSH), dont The Conversation France est partenaire. Farhad Kosrokhavar et Jérôme Ferret dirigent l’Observatoire des radicalisations de la Plateforme Violence et sortie de la violence. Ils sont également membres de l’ANR SoV et du Panel international sur la sortie de la violence.


Où en est-on des études sur les radicalisations presque trois ans après l’attentat contre Charlie Hebdo ? Quels sont les domaines et thèmes déjà bien explorés que vous distinguez, et quelles sont les lacunes et apories, voire les fausses dichotomies, pour éviter la simplification du sujet radicalisé ?

Farhad Khosrokhavar : Deux types de recherches, quelquefois liées continuent à affluer sur le marché scientifique : celles qui sont directement subventionnées par les États et leurs appareils de sécurité et qui se focalisent sur la constitution des réseaux, les informations susceptibles d’identifier les terroristes (surtout djihadistes), les indices pouvant aboutir au « profiling ». Ces études, même si elles sont menées de manière fort sérieuse, n’en demeurent pas moins marquées par un souci sécuritaire. Quelquefois des institutions universitaires jouent aussi ce jeu. Malheureusement, les fonds importants de recherche vont à ce type d’investigation.

Cliquer ici pour lire l’ensemble de l’article


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.