Parution du numéro 2 de Condition humaine / Conditions politiques. Revue internationale d’anthropologie du politique

Le numéro 2 de la revue Condition humaine / Conditions politiques. Revue internationale d’anthropologie du politique vient de paraître. Sabrina Melenotte, membre de l’ANR SoV et coresponsable de l’axe 3, a coordonné avec Riccardo Ciavolella, Gianfranco Rebucini et Éric Wittersheim la section thématique « Penser les catégories, réfléchir les pratiques théoriques ».

Présentation

Il est des moments dans une vie, une génération ou l’histoire d’une civilisation, où l’on a besoin de mots différents pour décrire le monde en mutation, et où les anciens termes ont besoin de nouvelles significations.

La traduction de mots et de mondes : non seulement d’une langue vers une autre, mais aussi d’un monde ancien qui se meurt vers un nouveau monde en devenir. C’est ainsi que Gramsci a défini à merveille ce qu’étaient une « traduction » et une « crise ». Et cela semble décrire parfaitement nos mondes contemporains : la nécessité de traverser ce passage intermédiaire et de se diriger vers un nouvel horizon, d’aller au-delà de la crise économique, au-delà des institutions représentatives traditionnelles et de la gouvernementalité globale actuelle, au-delà de l’effondrement écologique, et certainement au-delà de la pandémie de Covid-19 qui – comme d’autres crises sanitaires ayant touché (différemment) des régions plus ou moins « chanceuses » – œuvre comme un détecteur de symptômes : elle révèle et approfondit toutes les autres crises, mais n’explique pas toujours leurs racines et leurs causes. À cet endroit précis résident peut-être les objectifs des sciences humaines et sociales, y compris des recherches débattant avec les sciences « naturelles », la littérature et les arts : offrir une pensée « radicale », dans son sens étymologique, c’est-à-dire qui permette de retourner à la racine des causes ; et offrir des inspirations, ainsi que des outils pratiques, pour imaginer et construire cet « au-delà ». Mais comment cela est-il possible si les sciences humaines et sociales sont elles-mêmes considérées comme étant en crise ?

Telle est aussi, plus modestement, la situation de l’anthropologie politique. Les deux mots qui la constituent – « anthropologie » et « politique » – renvoient à des réalités que nous devons de toute urgence reconsidérer : la place de l’humain dans le monde et sa relation à tout le vivant ; la politique comme moyen de construire ce monde commun et de négocier collectivement cette relation, par le consensus ou le dissensus. Lorsque des personnes s’engagent dans quelque projet relatif à l’anthropologie politique (chercheur.e.s, journalistes, mais surtout étudiant.e.s et nouveaux adeptes), elles la considèrent comme un outil extraordinaire pour saisir et interpréter, d’un point de vue situé ou théorique, les différentes crises emboîtées que nous traversons. Pourtant, dans le même temps, nous avons de plus en plus de mal à admettre l’idée d’une anthropologie politique formant une branche disciplinaire distincte, avec toutes les conséquences qu’entraîne une telle conception : une connaissance spécialisée et étroite, à l’opposé d’une approche plus large de la condition humaine et de ses possibilités ; une connaissance dont les racines sont européo-centrées, depuis longtemps dominée par des anthropologues occidentaux et masculins, etc. Nous avons le sentiment d’être depuis longtemps déjà dans l’ère du « post » (postcolonial – ou décolonial – par exemple), et que notre discipline l’est davantage encore quand on pense à certaines traditions anthropologiques non occidentales. Pourtant, l’usage même du préfixe « post » confesse notre difficulté persistante à formuler de nouveaux paradigmes et de nouvelles pensées qui permettent de dépasser l’« ancien monde » et de faire un saut vers le nouveau. Nous avons encore besoin de trouver, d’élaborer et de développer de nouvelles significations pour notre travail au-delà de ses limites, barrières et frontières, qu’elles soient nationales, culturelles, ethniques, linguistiques, sociales, raciales, « naturelles », ou autres, avec tout ce que cela implique sur le plan méthodologique et épistémologique.

C’est pourquoi nous avons souhaité, pour commencer, demander simplement « qu’entendez-vous par anthropologie politique ? » à certain.e.s des chercheur.e.s et intellectuel.le.s les plus influent.e.s dans ce domaine : Veena Das, John Gledhill, Margaret Jolly et Silvia Posocco. Nous avons pris le risque de leur poser des questions à première vue élémentaires, et même de les provoquer un peu en tenant naïvement pour acquis que ce que l’on appelle « anthropologie politique » existe réellement. Il et elles ont tous réagi en refusant l’idée qu’une tribu d’expert.e.s appartenant à une branche disciplinaire du xxe siècle puisse demeurer inchangée, ou même avoir un sens aujourd’hui ; et ce n’était que le point de départ de réponses incroyablement riches, pleines d’intuitions émergeant de l’anthropologie politique et allant au-delà de celle-ci, la définissant à la fois comme expérience individuelle et comme bagage commun (et global) pour l’avenir.

Riccardo Ciavolella, Sabrina Melenotte, Gianfranco Rebucini et Éric Wittersheim, « Au-delà de l’anthropologie politique. Introduction », Condition humaine / Conditions politiques [en ligne], 2 | 2021.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search