Publication de Coralie Morand | Résilience des femmes mayas ixil du Guatemala face au génocide

Coralie Morand, membre associé du projet SoV, vient de publier sur notre site l’article inédit « Résilience des femmes mayas ixil du Guatemala face au génocide : construction d’une rhétorique féministe new age ».

Résumé

Entre 1960 et 1996, le Guatemala a été le théâtre d’un conflit armé extrêmement violent, laissant dans son sillage 250 000 morts et disparus, plus d’un million de réfugiés et 600 villages entièrement détruits. Avec 83% des victimes d’origine maya et 93% des exactions commises par des forces gouvernementales, ce conflit se caractérise par ses accents génocidaires, notamment dans la région ixil. En 2013, un procès s’est ouvert à son encontre pour crimes de génocide et crimes contre l’humanité contre le peuple maya ixil, ravivant les traumatismes et tensions du conflit dans la société qui s’est notamment divisée autour de la qualification des actes commis à cette période.

La rhétorique du génocide est utilisée par certains Ixil comme un instrument politique d’une part, et, d’autre part, comme un vecteur d’organisation sociale, que ce soit dans sa négation comme dans son affirmation. Un certain discours militant, hérité du discours marxiste indigéniste de la guérilla et de la Comisión para el Esclarecimiento Histórico (CEH), revendique non seulement la catégorisation des événements des années 1980 comme génocide, mais également son inscription dans un continuum de violences de type génocidaire. Les militantes féministes ixil se sont emparées de cette question afin de construire une forme de résilience par l’activisme, en inscrivant les violences subies pendant le conflit dans un continuum d’oppressions qu’elles intègrent à des rhétoriques discursives panaméricaines. Ainsi, à partir du cas ixil, nous tâcherons d’élargir le point d’analyse afin de comprendre comment des idéologies transnationales se diffusent et sont adaptées au contexte local pour proposer une forme spécifique de sortie de la violence par la diffusion d’une mémoire militante et genrée du conflit. Cet article se fonde sur une enquête ethnographique menée entre juin 2017 et mai 2018 auprès de femmes ixil de Nebaj se revendiquant comme féministes, sur l’observation et la participation à des événements publics organisés par des organisations de la société civile, la participation à des réunions associatives et/ou municipales, mais également sur des entretiens semi-directifs avec ces femmes, ainsi que sur de nombreuses discussions informelles avec celles-ci.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search