Pour une définition des “violences extrêmes”

En novembre 2001, suite à deux ans de travail collectif et deux mois après le 11 septembre, Jacques Sémelin, membre du Comité scientifique international de l’ANR SoV, organisait un colloque international sur la notion de “violence extrême” dans le cadre de l’Association française de science politique.

Vous trouverez l’intégralité du numéro 174 “Violences extrêmes“, paru ensuite dans la Revue internationale des sciences sociales en décembre 2002.

Et voici l’introduction du numéro (pages 479 – 481 ) signée par Jacques Sémelin qui nous fait le plaisir de la partager :

“Les 29 et 30 novembre 2001 s’est tenu à Paris un colloque sur le thème des « Violences extrêmes », réunissant des historiens, des politistes, des anthropologues, des sociologues et des psychologues [1]. Cette notion a paru en effet fédératrice pour des chercheurs qui, dans leurs disciplines respectives, s’efforcent de comprendre des manifestations « hors normes » de la violence. Ils ont par exemple en commun de s’interroger sur cette observation dramatiquement banale : pourquoi tant de civils sont-ils donc tués dans les conflits contemporains ? Pourquoi tuer sans distinction les femmes et les enfants perçus comme innocents ?

Est-il besoin de préciser combien cette rencontre scientifique – préparée de longue date – s’est retrouvée dans une actualité brûlante après les attentats-suicides du 11 septembre 2001 aux États-Unis ? Au-delà de cet événement, c’est toute l’histoire tragique du xxe siècle qui atteste l’importance du thème. Même si le chiffre est contesté, gardons en mémoire l’évaluation de Rudolf Rummel qui estime que 169 millions de personnes ont été tuées au siècle dernier par leurs propres gouvernements contre 34 millions au cours des guerres, y compris les deux guerres mondiales (Rummel 1994, p. 15).

Le but de ce colloque n’était pas tant de discuter tel ou tel cas historique mais bien davantage de développer une réflexion transdisciplinaire et comparatiste. À cette fin, deux axes de questionnement ont été retenus :

  • la pertinence de la notion de « violences extrêmes » ;

  • la position du chercheur face à un tel objet de recherche.

Que nomme-t-on « violences extrêmes » ?

Le colloque n’a pas cherché à « enfermer » cette expression dans une définition liminaire mais plutôt à en questionner la validité. Laissons là entières les interrogations sur la signification même du terme de « violence ». Celui-ci est souvent pris comme allant de soi alors que son emploi est en réalité fort problématique comme concept « scientifique ». Renvoyons ici à certains anciens numéros de cette revue [2] et concentrons-nous plutôt sur ce qui semble le plus intrigant : le rajout du qualificatif « extrême ».

Par violences « extrêmes », s’agit-il de nommer sous un même vocable des phénomènes aussi différents que les actes de « terrorisme », les pratiques de torture et de viols, les formes diverses de nettoyage ethnique, les cas de génocides et autres massacres de masse ? En tout cas, on ne désigne pas sous ce terme la violence d’un système politique, qui pourrait par exemple être qualifié de « totalitaire », dans les termes proposés par Hannah Arendt. Il ne s’agit pas non plus de « violence structurelle » au sens du politiste norvégien Johan Galtung.

La notion de « violences extrêmes » tend plutôt à nommer une forme d’action spécifique, un phénomène social particulier, qui semblent se situer dans un « au-delà de la violence ». Le qualificatif « extrême », placé après le substantif, marque précisément l’outrance et donc une radicalité sans bornes de la violence. Dès lors, la notion de « violences extrêmes » sous-entend plutôt :

  • un phénomène qualitatif, telles ces atrocités qui peuvent être associées à l’acte de violence et que certains auteurs ont appelé « cruauté » ;

  • un phénomène quantitatif, c’est-à-dire la destruction en masse de populations civiles, non directement impliquées dans le conflit.

Mais à partir de quel seuil est-on enclin à parler d’une « violence extrême » ? Quel que soit le degré de sa démesure, celle-ci est pensée comme l’expression prototypique de la négation de toute humanité, ceux qui en sont victimes étant souvent « animalisés » ou « chosifiés » avant d’être anéantis. Par-delà le jugement moral, il convient de s’interroger sur les circonstances politiques, économiques, culturelles, qui sont de nature à produire de telles conduites collectives. C’est précisément dans cette perspective que les sciences sociales sont à mobiliser.

En fait, la notion de « violences extrêmes » revient à ré-interroger les rapports entre rationalité et irrationalité de l’action politique. Depuis Clausewitz, la guerre a principalement été analysée comme une entreprise rationnellement engagée par l’État, pour atteindre un objectif politique précis. Clausewitz a néanmoins montré que la pente logique de la guerre est bien la montée aux extrêmes qu’il revient au politique de maîtriser. Mais selon certains auteurs, les tendances contemporaines à la « barbarisation » des conflits ont remis en question cette conception classique de la guerre. Cette évolution est perçue comme l’une des conséquences d’un monde post-bipolaire où s’entremêleraient « barbares » et « bourgeois », où les allégeances traditionnelles des individus à l’égard d’États supposés agir rationnellement sont largement remises en cause.

Faut-il alors considérer avec le sociologue allemand Wolfgang Sofsky (1993) que la violence extrême n’a d’autres buts qu’elle-même, parce qu’elle serait dépourvue de toute fonctionnalité stratégique ? Ou bien peut-on repérer malgré tout un ou plusieurs « sens » à de telles pratiques, qui demeureraient, en dépit des apparences, porteuses de certaines formes de rationalité politique et économique (Sémelin, 2000) ?

Un sujet comme un autre ?

Une seconde source d’interrogations concerne la position même du chercheur par rapport à un tel objet de recherche. La proximité de ce sujet avec la mort suscite des réactions très diverses qui peuvent aller d’une répulsion légitime à une fascination ambiguë. Il est difficile pour le chercheur de se mettre à distance et de faire preuve de « neutralité scientifique ». Le thème des violences extrêmes pose le problème du rapport du chercheur aux valeurs. Peut-on séparer le jugement éthique et la démarche scientifique ? À cet égard, quels regards critiques peut-on poser, par exemple, sur les travaux de Max Weber ou de Carl Schmitt ?

En fait, ce que nous nommons aujourd’hui « violences extrêmes » désignerait des phénomènes qui, pour l’essentiel, auraient toujours été présents dans la guerre. Ne serait-ce pas alors notre regard de contemporains qui est à interroger en priorité ? N’a-t-on pas tendance ainsi à nommer « extrêmes » des conduites de violence qui hier n’auraient pas été qualifiées comme telles ? Serait-ce là une confirmation des thèses de Norbert Elias ?

Autrement dit, serait définie comme « extrême » une violence qui semble inacceptable à notre modernité, par rapport à une conception universelle de « l’humanité ». D’où encore cette interrogation sur les représentations culturelles et historiques de la violence, qui a été un questionnement permanent de ce colloque.

Quoi qu’il en soit de ces débats, j’aimerais exprimer une conviction quant à la posture du chercheur étudiant ces phénomènes de violences extrêmes : travailler sur celles-ci, c’est avant tout s’intéresser au moment de la violence. C’est vouloir développer la compréhension des processus du passage à l’acte. Une telle démarche se rapproche de celle des historiens qui étudient les « violences de guerre » ; expression parfois mal comprise, mais qui semble pourtant intéressante dans la mesure où elle vise à focaliser l’attention du regard sur la violence de la guerre et dans la guerre. Or, c’est justement ce qui caractérise l’approche générale des violences extrêmes : analyser le phénomène de violence en son centre. C’est en fait placer l’étude de l’acte violent au cœur du processus historique, du processus politique.”

Références

  • Rummel, R.J., 1994. Death by Government. New Brunswick and London : Transaction Publishers.
  • Sémelin, J., 2000. « Les rationalités de la violence extrême », Critique internationale, 6 : 143-158.
  • Sofsky, W., 1993. Die Ordnung des Terrors : das Konzentrationslager. Frankfurt/Main : S. Fischer (Traduction française : L’organisation de la terreur, Paris, Calmann-Lévy, 1994.)

Notes

[1] Ce colloque, organisé dans le cadre de l’Association française de science politique, est le fruit d’un séminaire que j’avais lancé à Paris en 1998, au sein de la Maison des Sciences de l’Homme. C’est d’ailleurs avec le soutien de celle-ci et du Centre national de la recherche scientifique (cnrs) que ces journées ont pu se tenir. Je tiens aussi à remercier Isabelle Sommier et Nathalie Duclos pour leurs aides et suggestions qui ont concouru à la réussite de l’entreprise.
[2] En particulier le numéro 132 « Penser la violence » (1992).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.