La science face aux extrêmes – Ateliers IUF de Toulouse 2017-2018 – séance sur les radicalisations

Jérôme Ferret, membre de l’ANR et responsable de la Tâche 2, a été invité par Corinne Bonnet et Eric Suraud, qui animent depuis quelques années les Ateliers de  l’IUF sur Toulouse, à intervenir autour de la radicalisation le 20 mars 2018.

Vous trouverez ici l’ensemble du descriptif.

 

Toutes les disciplines ont, dit-on, un «cœur de métier». Théories et pratiques, concepts et approches empiriques, permettent d’appréhender, d’analyser, de modéliser, plus ou moins efficacement, les situations usuelles, sans renoncer à affronter ce qui exceptionnel, inattendu, surprenant, déstabilisant. Qu’en est-il dès lors que des cas extrêmes se présentent à l’attention des chercheurs: stress psychologique dû à un attentat, situation de vie extrême dans l’espace, vitesse extrême de diffusion d’une maladie, quantités époustouflantes de données à traiter, etc.? Que dit, que fait la science en face de données, de situations, de questions extrêmes, violentes, excessives, d’une intensité qui défie nos «modèles» traditionnels?
Comment la prise en compte de ces cas liminaux permet – elle de revenir ensuite vers les cas «normaux» avec des nouvelles idées ou de nouveaux outils?
Là où, au sein de la société, certains discours catastrophistes ou défaitistes s’élèvent et se répandent, orientant vers une forme d’impuissance collective, notamment d’impuissance de la science et de la recherche, les chercheurs peuvent – ils apporter des éléments de réponse sur la manière de formaliser ces situations extrêmes, de les aborder et de les interroger, sans verser dans l’hystérie, tout en identifiant lucidement les problèmes qu’elles soulèvent à nos sociétés comme à nos disciplines. Réfléchir ensemble, de manière interdisciplinaire, sur la manière dont la science réagit aux extrêmes, c’est aussi développer une capacité de se projeter dans le futur. Telles sont les défis que le cycle d’Ateliers souhaite tenter de relever, sur un plan à la fois épistémologique et empirique.
Quatre séances auront lieu au Quai des Savoirs, de 18h à 20h, les 19/12/2017, 16/1/2018, 20/3/2018 et 3/4/2018. Elles seront ouvertes à une vingtaine de doctorants de l’Université fédérale de Toulouse – toutes écoles doctorales confondues, avec validation de crédits – mais aussi au grand public toulousain. Chaque séance associera deux présentations issues de disciplines différentes (sciences humaines et sciences exactes) et fera place au débat avec le public.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.