Marie-Christine Doran – bio et publications

Trajectoire de recherche, principaux thèmes et publications récentes liées aux processus de sortie de violence, justice et réconciliation

Marie-Christine Doran, est professeure agrégée (i.e. permanente) de politique comparée à l’Université d’Ottawa, spécialiste de la violence politique et la démocratie en Amérique latine. Elle dirige des thèses depuis 2010, dont plusieurs sur la Colombie et le Mexique, et l’un de ses doctorants actuels, Yuri Moreno Rodríguez, travaille sur la construction de la catégorie d’ethnicité et ses impacts dans le processus de sortie de violence actuel en Colombie. Elle enseigne régulièrement en français, anglais et espagnol, à l’université d’Ottawa mais aussi comme prof. invitée (Harvard, EHESS, U. de Rio de Janeiro, NorthWestern University, Lyon 2, Université de Concepción) à plusieurs cours et séminaires liés aux thèmes des sorties de violence. Ses travaux actuels portent sur différents aspects et processus sociaux liés aux sorties de conflits comparées, principalement en Amérique latine (Chili, Colombie, Argentine, Mexique) mais elle travaille aussi au sein d’équipe de recherche canadiennes pluridisciplinaires (science po, sociologie, anthropologie, droit international) où la problématique de la réconciliation avec les Premières nations (peuples amérindiens du Canada)  ou les processus de sortie de violence en Afrique et en Irlande de Nord sont discutés en perspective comparée.

Sa thèse de doctorat (Médaille académique de la Gouverneure générale du Canada 2006), portant sur les transitions démocratiques du cône sud (spécialement le Chili) et l’impact institutionnel, juridique et social des héritages autoritaires sur la perpétuation de la violence en Amérique latine, l’a mené à analyser les contestations « par le bas » des politiques de réconciliation, et notamment  l’apparition de mouvements sociaux pour la mémoire et la justice et leurs impacts sur le politique, à partir d’un cadre d’analyse comparatif applicable à d’autre cas.  C’est là l’objet central de son premier livre Le réveil démocratique du Chili, Une histoire politique de l’exigence de justice 1990-2016, (Préface d’Alain Touraine, Karthala 2016), qui analyse la mise en place et la défense d’un modèle de démocratie de basse intensité (Moulian, 1993), accusant les conflits sociaux d’être responsables de l’avènement des dictatures et prônant une réconciliation « dépolitisée » qu’ont finalement transformé des mouvements sociaux portant l’exigence de justice. Des travaux comparatifs récents[1] ont permis de tester la validité du cadre d’analyse de la démocratie anti-conflits, notamment au Mexique, bien que ce pays n’ait pas vécu de dictatures de la même nature que les pays du cône sud.

M-C Doran continuer de travailler sur la comparaison des processus de sortie de violence et réconciliation et leurs appropriations ou contestations -y compris depuis les organisations afro-descendantes et amérindiennes en Colombie en vue de la mise en place de la  Commission de vérité dans ce pays. Son travail sur ces questions s’est enrichi de deux postdoctorats, subventionnés pas des bourses de recherche : le premier à l’EHESS (CADIS), sous la supervision d’Yvon LeBot, lui a permis d’approfondir le rôle des mouvements sociaux pour la justice dans les processus de démocratisation et lui a permis de publier plusieurs articles où sont analysés les mouvements citoyens d’appropriation des droits, incluant le rôle des femmes, notamment dans la Revue internationale de Politique comparée ou dans l’ouvrage Reimagining Social Movements (Ashgate, 2014). Un second postdoctorat, suivi d’un Fellowship à Harvard sur les impacts comparés des mouvements de droits humains en Amérique du Sud lui a permis de développer son travail sur les processus de réconciliation et de contournement de justice (Lefranc, 2001, 2009) en analysant notamment le rôle des ongs religieuses dans la promotion de la justice transitionnelle et le rôle de cette dernière dans la mise en place d’un certain modèle de post-conflit, souvent contesté par de fortes mobilisations sociales contre l’impunité, aussi analysées. Ces travaux antérieurs lui permettent d’analyser le processus colombien actuel dans ses multiples dimensions[2] grâce à la riche problématique de recherche développée depuis 2014 par la FMSH au sein des colloques « Sorties de violence », conduits par Yvon Le Bot. L’invitation du Centre national de mémoire historique de Colombie en juin 2017 lui a donné l’opportunité unique de discuter avec les meilleurs spécialistes de la Colombie quant à la persistance, voire de la résurgence de la violence en situation de post-conflit, sur laquelle portent ses travaux depuis 2012.

Au sein de cette thématique, la situation de criminalisation dont les mouvements pour la justice, la mémoire et la défense des droits sont victimes dans plusieurs pays a mené M-C Doran à développer une expertise sur ce sujet à partir de d’une recherche subventionnée par le Conseil de Recherches en sciences humaines du Canada-CRSH, où elle a comparé « La violence en contexte démocratique : les cas du Mexique et du Chili ». Cette recherche (2012-2016) a suscité l’attention de plusieurs médias, canadiens et internationaux car elle permet de situer de nouvelles formes de violence des gouvernements latino-américains contre les défenseurs des droits, appelée communément « criminalization of Dissent » (Olarte, 2014, Bessant, 2016), dans des contextes où la violence politique classique semble avoir entièrement laissé place à la violence privée. Sans laisser de côté l’analyse des violences privatisées, la visée comparative de la recherche CRSH sur la criminalisation a permis de montrer des impacts importants de nouvelles lois qui « criminalisent »l’action de citoyens engagés pour la défense de la justice et des droits et, les présentant comme des criminels, ouvrent la porte aux violences de toutes sortes à leur endroits, y compris la mort et la disparition forcée. Au Mexique, la recherche a permis de montrer des alliances entre groupes criminels, agents de l’État et nouvelles législations,  suivant le modèle du “narco-gâteau” (Doran, 2017a) où l’argent du narcotrafic est rapidement blanchi dans des projets de développement touristiques ou extractifs et le rôle des autorités est alors de criminaliser l’opposition des citoyens, qui protestent contre l’accaparement ou la pollution de leurs territoires pour la neutraliser. Cela affecte disproportionnellement les populations autochtones ou afro-descendantes  déjà vulnérabilisées par la violence structurelle. Au Chili, la recherche a montré que la criminalisation se fait par le biais de lois héritées du régime militaire, comme la loi anti-terroriste qui s’applique presque exclusivement aux Amérindiens et affectent leurs droits humains, civils et politiques, y compris leurs possibilités de représentation politique (CIDH, 2014). Ces résultats de recherche, enrichis par la possibilité de nouveaux terrains en Colombie où la criminalisation des des citoyens engagés dans des dynamiques de participation citoyenne se poursuit malgré les accords de paix, (Suarez, CNMH, 2017), mettent cependant aussi en lumière la participation remarquable des populations amérindiennes et afro-descendantes qui luttent -parfois au péril de leur vie- pour imprimer leurs conceptions de la justice et de la paix aux processus. L’organisation par M-C Doran au Congrès LASA 2018 d’une série de panels autour du thème « Emergent Imaginaries of Justice : Indigenous, Afro-descendant and Popular Transformations of Paradigms », permettant de donner la voix aux communautés amérindiennes et afro-descendantes  victimes directes mais aussi actrices de premier plan des processus de sortie de violence, dans la construction de la justice en Amérique latine, réunira de nombreux spécialistes tels qu’Yvon Le Bot, Maria-Victoria Uribe ou Arturo Escobar, en plus d’acteurs de premier plan des processus de sortie de violence en Colombie, au Pérou et ailleurs e Amérique latine.

Ces recherches donnent lieu à plusieurs publications actuelles dont la rédaction de l’ouvrage The Hidden Face of Violence : Criminalizing Democracy in Latin America, qui sera publié chez Routledge fin 2018 et la co-direction de l’ouvrage Changing Human Rights Practices, sous presse chez Palgrave MacMillan (New York/London), en plus d’articles récents[3].Les résultats de recherche ont aussi été présentés au gouvernement canadien (Global Affairs/Affaires internationales) dans le cadre de la révision de la politique hémisphérique visant à réorienter les priorités canadiennes en Amérique latine.

Nourrie par des travaux de terrain et la participation à l’ANR « Sortir de la violence », dirigée par Yvon Le Bot, la participation de M-C Doran à l’équipe « Reconciliation and Justice, Comparative Lessons » de l’IPEV lui permet d’enrichir ses travaux sur les formes de violence actuelles en Amérique latine à la lumière des analyses des meilleurs spécialistes internationaux de la violence.

[1] Notamment dans Doran (2017a), “The Hidden Face of Violence in Latin America: Assessing the Criminalization of Protest in Comparative Perspective”, Latin American Perspectives. 44(5): 183-206 ou encore

Doran (2017b) « Convention 169 et conceptions des droits et du politique dans les communautés autochtones au Chili : luttes pour la légitimité et conflits pour les ressources naturelles »,. Canadian Journal of Development Studies. 38(2): 216-233.

[2] Doran, Marie-Christine, Contesting Views of Rights at the Heart of Natural Resources Conflicts in Chile and Colombia: Indigenous Peoples’ Struggles for Self-representation and Legitimacy, in Doran, M.-C., Blouin -Genest, G. & Paquerot, S. (Eds), Changing Human Rights Practices, New York/London: Palgrave MacMillan (sous presse)

[3] ou encore Doran, Campbell  et Roy-Grégoire  ” The Complex Terrain of Rights-Based Approaches: From the Renewal of Development Practices to Depolitization?, Canadian Journal of Development Studies, 38(2) : 169-183.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.