Écouter les sons de la guerre – Entretien de Luis Velasco Pufleau avec Michel Chion

Notre mémoire sonore des événements est intimement liée aux conditions physiques et sensorielles de l’écoute. Dans le cas de la guerre, l’action d’écouter est associée avec des lieux et des émotions spécifiques, mais aussi avec la matérialité du son et l’évolution technologique des armes de guerre. Comment appréhender le phénomène de la guerre à partir de son écoute ?

Dans un autre billet, j’ai discuté avec l’historien Didier Francfort de quelle façon la mobilisation d’œuvres et de pratiques musicales peut servir de point de départ pour étudier de façon comparative les conflits armés. Dans cet entretien avec le compositeur et théoricien de l’audiovisuel Michel Chion, réalisé à Paris le 12 mai 2017 et publié initialement en anglais le 12 octobre 2017 dans la revue Sound Studies1, j’aborde la question de l’écoute, de la fiction et de la mémoire sonore de la guerre.

Introduction

L’œuvre du compositeur de musique concrète, réalisateur, enseignant et historien du sonore et de l’audio-visuel Michel Chion a été déterminante pour le développement des sound studies. Né en 1947, ancien collaborateur de Pierre Schaeffer au sein du Groupe de recherches musicales (GRM), il est l’auteur de nombreux ouvrages sur le son, la musique et le cinéma, parmi lesquels L’Audio-vision (Paris, Armand Colin, 2005) et Le Son : traité d’acoulogie (Paris, Armand Colin, 2010). Il prépare actuellement un Livre des sons, ouvrage en plusieurs langues portant sur les évocations sonores dans la littérature mondiale depuis les textes les plus anciens jusqu’au XXIe siècle. Dans cet entretien, Michel Chion revient sur certains enjeux de ce projet et, en réponse à mes questions, examine le rôle du langage, de la fiction et de l’écoute dans la compréhension du phénomène de la guerre.

Entretien

Luis Velasco-Pufleau (LVP) – Mon intérêt porte sur les descriptions et les témoignages des sons issus de la guerre. S’agit-il de ces sons qui sont évoqués dans le Livre des sons que vous préparez? Quelles ont été vos principales sources pour l’écrire ?

Michel Chion (MC) – Le livre que je prépare porte sur les sons dans la vie, les sons dans l’histoire, à travers des sources littéraires diverses, donc forcément la guerre y joue un rôle important. Cependant, je n’ai pas d’intérêt particulier pour les sons de la guerre, j’en parle aujourd’hui puisque c’est l’objet de votre propre recherche, mais il me semble que c’est un sujet qui intéresse à peu près tout le monde. Soit parce que les gens ont vécu des guerres, soit parce que ces personnes sont fils ou filles des personnes qui ont vécu des guerres. Chacun a forcément un rapport aux sons de la guerre mais dans mon cas, je ne les ai jamais entendus directement. Je suis né en France en 1947, juste après la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Mes parents parlaient parfois des bombardements de l’aviation britannique lors de l’occupation de la France par les Allemands, car ils vivaient alors à Creil, dans une zone à proximité d’une base de fusées allemandes. Donc il y a eu beaucoup de bombardements à cet endroit en particulier, et par ailleurs sur les côtes de la France en général. D’ailleurs, ils ne me parlaient pas forcement des sons mais des circonstances de ces bombardements, par exemple s’ils étaient cachés dans une cave.

Lire la suite de l’entretien


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.