Publication de Luis Velasco Pufleau “Musique et propagande djihadiste (1/3) : La censure de la musique”

Billet de Luis Velasco-Pufleau, membre de la Tâche 3 de l’ANR SoV, paru le 30 juin 2017 dans le carnet de recherche Music, sound and conflict.

Lors que l’État Islamique (EI) s’est emparé de la ville de Raqqa en janvier 2014, l’une des premières dispositions prises par l’organisation djihadiste a été d’interdire la diffusion et l’écoute de toute forme de musique, aussi bien de tradition occidentale qu’orientale. Toute personne qui oserait enfreindre cette nouvelle règle serait punie par la mort. Avant Raqqa, les musiciens du nord du Mali ont été confrontés eux aussi à l’interdiction de la musique et aux persécutions de la part des groupes djihadistes.1 En Europe ou aux États Unis, plusieurs attentats ont visé récemment des salles de concert ou des lieux où des personnes se réunissent pour et par la musique (Bataclan, Manchester Arena, Pulse, Ansbach Open).

La question de la censure de la musique, l’idée que la musique serait haram (interdite), par l’idéologie salafiste et les groupes djihadistes n’a rien de circonstanciel. Des discours ont été élaborés pour justifier cette censure ainsi que le châtiment des personnes qui l’écoutent. Quelles sont les raisons avancées par les théologiens salafistes pour interdire la musique ? De quels pouvoirs la musique serait-elle dépositaire pour que les personnes qui l’écoutent risquent la mort ? Pourquoi la presque totalité de la propagande djihadiste de l’État islamique contient-elle des chants qui peuvent être considérés comme de la musique ? J’étudierai ces questions dans une série de trois billets.2

Islam et musique

L’histoire de la censure de la musique ou des pratiques musicales est extrêmement vaste et ne se limite en aucun cas à une seule religion ou régime politique. De la Grèce antique aux démocraties libérales, en passant par l’hindouisme, le christianisme, l’islam et le judaïsme, on peut affirmer que toutes les religions et types de régimes politiques ont interdit ou censuré à un moment donné des œuvres ou des pratiques musicales. Dans de nombreux cas, cette interdiction s’est basée sur des croyances, sur le pouvoir d’influence qu’aurait la musique sur les émotions humaines ou sur le danger qu’elle pourrait représenter pour l’ordre social.

‘Two Egyptian Drummers’
Photo by Ahmed Emad H, Creative Commons CC BY

Concernant les rapports entre islam et musique, le musicologue Amnon Shiloah affirme que le Coran ne fait aucune allusion explicite à la musique (désignée par le terme générique ghina). De ce fait, l’interdiction de la musique par certains courants de l’islam ne se fonderait sur aucun consensus et se base sur des interprétations polémiques de certains sourates et hadiths [des propos attribués au prophète Muhammad].

Les discours actuels à propos de l’interdiction de la musique, notamment soutenus par l’idéologie salafiste, tentent de puiser leur légitimité dans ces textes polémiques en omettant complètement le débat qui leur est associé.3 En effet, le Coran n’évoquant pas la musique (ghina) de manière explicite, les opposants à celle-ci – y compris l’État islamique4 – vont notamment surinterpréter le verset 6 de la sourate (chapitre) Luqman (XXXI) afin de justifier leur point de vue. Ils vont associer la musique aux « discours plaisants » [ou « paroles futiles »] dont fait mention cette sourate du Coran : « Et, parmi les hommes, il en est qui, dénués de science, achètent de plaisants discours pour égarer hors du chemin d’Allah et pour le prendre en raillerie. Ceux-là subiront un châtiment avilissant ».5

Lire la suite

 

Notes

  • [1] Voir, Denselow, Robin, « Mali music ban by Islamists ‘crushing culture to impose rule’ », The Guardian, 15 January 2013. []
  • [2] Certaines de ces analyses reprennent des idées développées dans Velasco-Pufleau, Luis, « Après les attaques terroristes de l’État islamique à Paris. Enquête sur les rapports entre musique, propagande et violence armée », Transposition. Musique et sciences sociales, no 5, 2015 (http://dx.doi.org/10.4000/transposition.1327). []
  • [3] Voir à ce sujet, Shiloah, Amnon, La Musique dans le monde de l’islam, Paris, Fayard, 2002, p. 78 ; Nelson, Kristina, The Art of Reciting the Qur’an, Austin, University of Texas Press, 1985, p. 32‑51 ; Al-Albani, Nasir Al-Din, La musique en Islam. Chants soufis, Anashid islamiques et les instruments de musique, Bruxelles, Al-Hadith, 2013, p. 91-93 ; Jonas Otterbeck, « Battling over the Public Sphere: Islamic Reactions to the Music of Today », Contemporary Islam, vol. 2, no 3, 2008, p. 211–228 (http://dx.doi.org/10.1007/s11562-008-0062-y). []
  • [4] Voir, « Statement concerning the prohibition on music, singing and photos on shops (Raqqa: January 2014) », in Al-Tamimi, Aymenn Jawad (ed.), Archive of Islamic State Administrative Documents, online. []
  • [5] Voir Al-Athari, Abdullah, Singing & Music in Islamic Perspective, Riyadh, Darussalam, 2013, p. 43‑57 ; Al-Kanadi, Abu Bilal Mustafa, The Islamic Ruling on Music and Singing: In Light of the Quraan, the Sunnah and the Consensus of Our Pious Predecessors, Jeddah, Bilal M. Al-Kanadi & Broths., 1986, p. 9‑12. []

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.