Apocalypse et violence, intervention de François Hartog

Séminaire Violence et sortie de la violence

Jeudi 8 février 2018

17h30-19h30| Salle A3-35 | 54, bd Raspail 75 006 Paris

 

Résumé

Apocalypse et violence. Dans l’histoire, les deux sont liées. Avec ce paradoxe initial: l’apocalypse est aspiration à du tout autre, et un des traits essentiels de ce monde autre, entièrement nouveau, c’est, justement, une sortie définitive de la violence.

Mais toute apocalypse fait l’épreuve de la violence. Son approche entraîne des bouleversements, au point que le déchaînement d’une violence généralisée est même, aux yeux des apocalypticiens, un des signes les plus sûrs qu’elle est proche. Et, au cours des siècles, aux violences des uns (celle des mouvements millénaristes) répondront les violences des autres (celle principalement de l’Église et des princes se devant de réprimer les « hérétiques »). Quant au jour de l’apocalypse, il est décrit, depuis les premières apocalypses, comme ce Jour de colère et du Jugement, qui vient trancher par le glaive et pour toujours entre les justes et les méchants.

Présente et active depuis plus de vingt siècles, la figure de l’apocalypse, qui a connu des phases de mobilisation intense suivies de phases de recul, n’a pourtant jamais disparu de l’horizon. C’est moins l’histoire de ses usages (largement faite) que je voudrais retracer que la structure de cette forme singulière de penser et d’être au monde que je souhaiterais interroger, en repartant des premières apocalypses juives.

Intervenant

François Hartog est historien, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Ancien élève de l’École normale supérieure, il occupe la chaire d’historiographie antique et moderne à l’EHESS et est membre du Centre Louis Gernet de recherches comparées sur les sociétés anciennes et membre associé du Centre de recherche historique (CRH). Élève de Jean-Pierre Vernant et lecteur assidu de Reinhart Koselleck, son œuvre mêle étroitement histoire intellectuelle de la Grèce antique (sa thèse portait sur l’écriture de l’autre chez Hérodote), historiographie (livres sur Fustel de Coulanges, l’écriture de l’histoire en Grèce ancienne) et étude des formes historiques de temporalisation (ses travaux les plus récents).

Il a notamment publié La nation, la religion, l’avenir : Sur les traces d’Ernest Renan, Gallimard, 2017, Anciens, modernes, sauvages, Paris, Galaade, 2005, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Le Seuil, 2003.

 

La séance en vidéo

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.