Parution “Le nouveau jihad en Occident” par Farhad Khosrokhavar, ed. Robert Laffont, Coll. Le monde comme il va, 2018, 592p.

 

Farhad Khosrokhavar, sociologue franco-iranien, est le directeur de l’Observatoire des radicalisations de la Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH). Il publie son nouvel ouvrage Le nouveau jihad en Occident aux éditions Robert Laffont, dans la collection Le monde comme il va, 2018, 592 p.

Ses recherches portent sur la sociologie de l’Iran contemporain, sur les problèmes sociaux et anthropologiques de l’islam en France mais également sur la philosophie des sciences sociales. Spécialiste de la question de l’islam, il a notamment publié Avoir vingt ans au pays des ayatollahs (coll. « Le monde comme il va », Robert Laffont, 2009) et Prisons de France (coll. « Le monde comme il va », Robert Laffont, 2016).

” Il y en a qui veulent faire tout comme la chanteuse Rihanna, eh bien moi, je veux tout faire comme Merah. ” Une jeune jihadiste.

Le jihadisme est un fait social total, résultant de facteurs urbains, sociaux, anthropologiques, politiques, mais aussi psychopathologiques.
De l’Europe à l’Amérique du Nord, en passant par l’Australie et l’Afrique du Nord, Farhad Khosrokhavar a analysé les situations ” jihadogènes ” qui favorisent la radicalisation. Son enquête au coeur des cellules terroristes, dans les villes et les banlieues, révèle les points communs entre ces candidats occidentaux au jihad – adolescentes et adolescents, jeunes à problèmes psychosociaux, convertis et recruteurs – mais aussi leur incroyable diversité…
Dans cet état des lieux complet, fruit de dix ans de recherche, l’auteur décrypte l’environnement et le profil de plus d’une centaine de jihadistes occidentaux pour comprendre l’origine de leur haine et le moteur de leur passage à l’acte.
De cette formidable somme de faits et de témoignages ressort un constat sans appel : le succès du jihad chez les jeunes met en lumière la crise de nos démocraties, en quête de sens et de savoir-vivre ensemble. Cette crise est profonde, ses conséquences risquent d’être durables.

 

Voir les premières lignes du portrait de Farhad Khosrokhavar dans Le Monde des Idées du 5 janvier 2017

“Il faut déjà réussir à prononcer son nom au téléphone. Lui écrire ensuite, sans se tromper sur l’emplacement des « h ». Puis espérer qu’il veuille bien vous recevoir. Farhad Khosrokhavar est un sociologue rare : il rejette autant la lumière que sa spécialité l’attire. Sa science est celle des phénomènes de radicalisation, le « martyrisme ». Mais à l’heure où travailler sur le djihad place rapidement sous le feu des projecteurs, il reste un expert en « islam radical » dédaigneux des médias. Un quasi-rétif à l’exercice qui, confesse-t-il, tire bien plus de « narcissisme » dans ses écritures, à son bureau de la Fondation Maison des sciences de l’homme, à Paris, où il dirige l’Observatoire des radicalisations.

Il a publié un des premiers ouvrages sur la radicalisation et le djihadisme homegrown (local) quinze jours avant l’attaque contre Charlie Hebdo, en janvier 2015L’homme est toutefois bien plus qu’un récalcitrant cathodique. Peu le savent, parce que c’est – à 68 ans – le premier portrait auquel il se prête. Mais tous ses confrères du petit monde des sciences sociales l’admettent volontiers : cet ancien élève du sociologue Alain Touraine est avant tout l’austère et incontesté pionnier français des mécanismes socioreligieux du terrorisme actuel. Un dérangeant, qui a eu la prescience de publier un des premiers ouvrages sur la radicalisation et le djihadisme homegrown (local) quinze jours avant l’attaque contre Charlie Hebdo, en janvier 2015 (Radicalisation, Maison des sciences de l’homme, décembre 2014). Il y a quelques mois, Farhad Khosrokhavar a ainsi rejoint le cercle restreint des quinze chercheurs du tout nouveau Conseil de la stratégie et de la prospective, du ministère de l’intérieur.

En savoir plus

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.