Vendredi 13 avril 10h-12h | Angela Muvumba-Sellstrom “Discipliner les combattants : groupes armés non-étatiques et prévention des violences sexuelles en temps de guerre” | Séminaire Violence et sortie de la violence | Salle A3-35 FMSH

Séminaire

Violence et sortie de violence 

dirigé par

Michel Wieviorka, Jean-Pierre Dozon, Yvon Le Bot et Farhad Khosrokhavar

Intervention de

Angela Muvumba-Sellstrom

Discipliner les combattants :

Groupes armés non-étatiques et prévention des violences sexuelles en temps de guerre

(séance en anglais)

13 avril 2018

10h-12h | Salle A3-35 | 54, bd Raspail 75 006 Paris

 Sur inscription smelenotte@msh-paris.fr

Résumé

Nombreuses sont les études portant sur la pathologie des violences sexuelles en temps de guerre. En revanche, peu de travaux se demandent pourquoi et comment les armées et les rébellions contiennent les viols, les agressions et les harcèlements sexuels. Cette séance propose une approche alternative, celle d’une théorie de la prévention qui intègre les dimensions genrées, sociales et institutionnelles de différents groupes armés non-étatiques. Elle s’appuie sur des recherches menées au Burundi et sur des informations préliminaires recueillies auprès d’acteurs originaires d’Ouganda et d’Afrique du Sud. Comment différentes pratiques influencent-elles le passage, ou non, à des violences sexuelles ? Pourquoi certains acteurs choisissent-ils d’autoriser, voire d’ordonner des agressions et des abus sexuels ? La comparaison d’acteurs non-étatiques appréhendés sous différents angles produit un regard renouvelé sur les significations de la prévention.

Angela Muvumba-Sellstrom est chercheure au département Peace and Conflict Research de l’Université d’Uppsala et membre de l’International Panel of Exiting Violence (FMSH). Ses recherches portent sur le genre, les violences sexuelles en temps de guerre, les droits humains, les groupes rebelles et les organisations régionales africaines. Entre 2005 et 2014, elle a dirigé ou mené à bien des programmes au Centre africain pour la résolution constructive des conflits (ACCORD) et au Centre pour la résolution des conflits (CCR). Elle a été en charge des questions politiques au bureau du Président à la Commission de l’union africaine (2004-2005) et responsable de programme à l’International Peace Institute (IPI) (2000-2004). Elle a notamment publié “Impunity for Conflict-Related Sexual Violence: Insights from Burundi’s Former Fighters.” (dans Sandra Cheldelin and Martha Mutisi (dir.), Deconstructing Women, Peace and Security: A Critical Review of Approaches to Gender and Empowerment, 2016).

 

Prochaines séances

3 mai | Romain Huet « Phénoménologie de la violence politique : formes, sens et expériences sensibles de l’émeute »

17 mai | Lotte Buch Segal, « Torture and Therapeutic Temporality in a rehabilitation clinic for survivors of torture in Denmark »

31 mai | Randall Collins, « Symbiosis of terrorist tactics and high tech: with some unthinkable counter-measures »

5 juin | Table ronde « Djihadisme et radicalités en Asie » (Jean-Luc Racine, Rémy Madinier, Rémi Castets)

Pour rappel, la Plateforme Violence et sortie de la violence regroupe et met en réseau près de 300 chercheurs de toutes les nationalités et de toutes les disciplines, afin d’analyser les ressorts de la radicalisation, dans ses différents contextes, et les stratégies de prévention, de résolution des conflits et de sortie de la violence. Elle a été mise en place en 2015 et est sous la responsabilité de Michel Wieviorka et Jean-Pierre Dozon.

Vous pouvez retrouver les séances passées du séminaire à cette adresse : Séminaire violence et sortie de la violence

L’Observatoire des radicalisations analyse les ressorts de la radicalisation et violences extrêmes dans différents contextes, en Amérique latine, en Afrique, voire en Asie, et dans leurs différentes modalités et dimensions politiques et religieuses. Un groupe de réflexion sur les radicalisations est en cours de constitution et une série de manifestations scientifiques sera organisée cette année.

Toutes les informations : Observatoire des radicalisations

L’Observatoire de la sortie de la violence regroupe un ensemble de projets :

-  Le Panel international sur la sortie de la violence 

– L’ANR SoV – Sortie de la violence

– L’étude Impact social et politique des attaques terroristes en France

 

Revoir la séance en vidéo:

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.