Parution de l’article “Radicalité islamique: sur quelques dichotomies reçues”, par Farhad Khosrokhavar, AOC [Analyse]

Farhad Khosrokhavar, sociologue franco-iranien, est le directeur de l’Observatoire des radicalisations de la Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH). Il publie son nouvel ouvrage Le nouveau jihad en Occident aux éditions Robert Laffont, dans la collection Le monde comme il va, 2018, 592 p.

Ses recherches portent sur la sociologie de l’Iran contemporain, sur les problèmes sociaux et anthropologiques de l’islam en France mais également sur la philosophie des sciences sociales. Spécialiste de la question de l’islam, il a notamment publié Avoir vingt ans au pays des ayatollahs (coll. « Le monde comme il va », Robert Laffont, 2009) et Prisons de France (coll. « Le monde comme il va », Robert Laffont, 2016).

Extrait de l’article publié dans la nouvelle revue AOC le 30 avril 2018 :

“Les catégories mises en avant par les chercheurs au sujet du jihadisme sont soumises à une double épreuve : d’abord, celle de la pertinence théorique et empirique au regard des faits ; ensuite, celle d’une opinion publique en désarroi et qui demande, au nom de l’exorcisme d’un mal plus ou moins imaginaire, une vision transparente d’une réalité complexe dont la forme la plus achevée (et la plus caricaturale) est donnée dans des dichotomies aisées à comprendre. Les chercheurs, surtout en sciences sociales mais aussi dans une moindre mesure dans les sciences naturelles, sont soumis à cette injonction de la transparence qui revêt une fonction en l’occurrence mythique : celle de neutraliser le mal en proposant une conception manichéenne du réel. Les chercheurs peuvent résister à ce type d’injonction sociale et médiatique, mais le prix à payer est souvent trop lourd : le renoncement à la complexité d’une réalité qui ne se soumet pas aisément aux injonctions dichotomiques d’une limpidité mythologique. J’ai choisi quelques-unes de ces dichotomies pour en dénoncer le caractère simpliste et la fausse transparence qui opère comme un obstacle épistémologique dans le sens de Bachelard pour expliquer le réel dans sa complexité.”

Pour en savoir plus


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.