« Un urbain “djihadogène” », par Farhad Khosrokhavar, Le Monde

Farhad Khosrokhavar, sociologue franco-iranien, est le directeur de l’Observatoire des radicalisations à la Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH). Il publie son nouvel ouvrage Le nouveau jihad en Occident aux éditions Robert Laffont, dans la collection Le monde comme il va, 2018, 592 p.

Ses recherches portent sur la sociologie de l’Iran contemporain, sur les problèmes sociaux et anthropologiques de l’islam en France mais également sur la philosophie des sciences sociales. Spécialiste de la question de l’islam, il a notamment publié Avoir vingt ans au pays des ayatollahs (coll. « Le monde comme il va », Robert Laffont, 2009) et Prisons de France (coll. « Le monde comme il va », Robert Laffont, 2016).

 

Article publié dans Le Monde le 14 mai 2018:

Les quartiers enclavés sont devenus les creusets du recrutement djihadiste, qui séduit surtout une jeunesse d’origine immigrée et marginalisée, analyse le sociologue dans une tribune au « Monde ».

Tribune. En Europe, l’un des facteurs significatifs, voire essentiels, de la radicalisation djihadiste est la ville. Pas n’importe quelle ville. On peut parler en l’occurrence de l’urbain « djihadogène », qui engendre le djihadisme. L’avant-dernier cas d’attaque au nom du djihad, celui de Radouane Lakdim, l’auteur des attentats de Carcassonne et de Trèbes, le 23 mars, pointe son origine vers la cité Ozanam de Carcassonne. Quant à Khamzat Azimov, un Tchétchène de 20 ans, naturalisé français en 2010, qui a poignardé cinq personnes à Paris samedi 12 mai, il a grandi dans le quartier populaire d’Elsau.

Cependant, dans la quasi-totalité des pays européens, il existe des quartiers où le nombre de départs de jeunes vers la Syrie (exo-djihadistes) ainsi que celui des adeptes du djihadisme intérieur (endo-djihadistes) sont beaucoup plus élevés que la moyenne nationale. Le procès des survivants d’une vingtaine de jeunes de Lunel (Hérault) ayant rejoint la Syrie entre 2013 et 2015 est un cas dont on voit la reproduction dans d’autres pays européens, sous des formes plus ou moins similaires. A Lunel, c’est la cité HLM d’Abrivados qui a vu une partie significative des jeunes se laisser endoctriner par la « guerre sainte » dans sa version extrémiste.

La concentration djihadiste dans certains quartiers peut être due à deux types d’effets distincts. D’une part, parce qu’au sein de ces quartiers, les jeunes ont pu se connaître par des réseaux formels ou informels, des amis ou des membres de la même famille avec leurs embranchements et leur extension ; le quartier peut être de classes moyennes, sans signe apparent d’indigence pour les candidats à la guerre sainte ; ce type de quartier, ainsi que les vocations des classes moyennes, sont largement minoritaires en Europe.

« Une ligne de démarcation mentale sépare souvent le quartier des autres zones urbaines environnantes »

D’autre part, en raison de la spécificité de la structure urbaine : la concentration de jeunes d’origine ethnique similaire (en France, l’Afrique du Nord ; en Grande-Bretagne, le Pakistan et le Bangladesh ; en Belgique, le Maroc…) avec son cortège de stigmatisation et de colère chez une partie de la population ; la ghettoïsation et le développement d’une économie souterraine illégale (qui attire une partie de la jeunesse et prédispose à toute forme de transgression par rapport aux normes en vigueur) ; un taux de chômage beaucoup plus élevé que le taux national (à Lunel, aux alentours de 20 %, et le double pour les jeunes d’origine immigrée) ; un taux de déscolarisation fort élevé ; un taux de délinquance très supérieur à la moyenne nationale ; un sentiment de stigmatisation suraiguë chez les jeunes garçons ; une structure familiale éclatée – familles patriarcales décapitées, monoparentalité et instabilité familiale avec le développement de la violence au sein de la famille et placement en foyer des enfants (les familles Merah, Memmouche…) ; un vif sentiment de stigmatisation, en grande partie fondé sur l’expérience quotidienne, amplifié par le comportement « agressif » des jeunes exclus qui se sentent victimes de la société ; l’enclavement du quartier, qui est plus ou moins séparé de la ville pour des raisons objectives (l’absence de ligne de métro ou de bus) et en partie imaginaire (une ligne de démarcation mentale sépare souvent le quartier des autres zones urbaines environnantes et éveille chez ces jeunes le sentiment d’une double humanité où la communication serait impossible).

Victimisation et exclusion

Ce type de structure urbaine repose la question sociale au sein des couches exclues et victimisées (ils intériorisent l’exclusion sociale et en font un principe identitaire ainsi qu’un mode de vie). A son tour, la victimisation accentue l’exclusion et devient un facteur aggravant, dans la mesure où l’individu se sépare de la société et ne tente plus de s’y insérer. Il s’agit dans la majorité des cas d’un individu d’origine immigrée avec un arrière-plan qui en fait un laissé-pour-compte ou quelqu’un qui souffre de la « privation relative » (notamment dans les pays scandinaves) ou de la pauvreté et qui, en même temps, est traité comme culturellement inférieur, étant souvent économiquement marginalisé, s’excluant aussi dans un rapport antagonique à la société par la déviance, l’appartenance aux gangs ou à des groupes plus ou moins hors la loi.

Cette structure urbaine « banlieusarde » ou celle des quartiers enclavés, pauvres et « ségrégués » au sein de la grande ville (comme à Waltham Forest, à Londres) ou dans la petite ville où l’exclusion et la stigmatisation sont encore plus accentuées (Lunel) favorise dans de nombreux cas le djihadisme. Ce modèle n’est pas uniquement français. On le rencontre moins fréquemment, il est vrai, en Allemagne (entre autres, le quartier Lohberg, à Dinslaken), en Suède (à Malmö, dans le quartier de Rosengärd), en Belgique (à Molenbeek et à Vilvorde), au Danemark (à Copenhague, la cité de Mjolnerparken et le quartier Norrebro), aux Pays-Bas (Overtoomse Veld, à Amsterdam)…

« Dans le langage courant, tout un vocabulaire se trouve mis en place en Europe pour souligner la non-citoyenneté de ces fils ou petits-fils d’immigrés »

Dans le langage courant, tout un vocabulaire se trouve mis en place en Europe pour souligner la non-citoyenneté de ces fils ou petits-fils d’immigrés (les filles et les petites-filles sont perçues différemment, mais ce ne sont pas, en règle générale, elles qui posent des problèmes sociaux, mais les garçons, sauf pour des affaires de voile) : en Suède, on les appelle pudiquement des individus « non ethniquement suédois », un peu comme les « Français sur le papier » en France, les « Passdeutschen » en Allemagne (ceux qui ont un passeport allemand mais ne sont pas d’« authentiques » Allemands) et, de manière encore plus péjorative, les « Pakis » en Angleterre (d’origine pakistanaise ou, plus largement, du Sud-Est asiatique, avec une forte nuance dépréciative) ou les « Perker » au Danemark (avec la même péjoration).

Déphasage, voire rejet

Ces individus se sentent acculés à la situation ambivalente de n’être ni français (ni allemand, anglais, belge…) ni arabes (ni pakistanais, marocain…). Ils sont rejetés, marginalisés et stigmatisés, se disent enfermés dans leurs origines et, de plus en plus, dans l’islam, comme une caractéristique dégradante qui accentue leur déphasage, voire leur rejet. En réaction, ils développent des caractéristiques qui accentuent leur non-citoyenneté par l’agressivité, une gestuelle perçue comme menaçante par les autres, des manières d’être qui sont considérées comme provocatrices et qui le deviennent avec le temps, l’insertion dans des groupes déviants et dans une attitude de défiance vis-à-vis des autres citoyens. En ce qui concerne le langage, ils développent leur propre argot au sujet des gens du pays dont ils ne font pas partie, comme « babtou » (le Blanc), « gaouri »… Racisme et contre-racisme se mêlent inextricablement dans un jeu de miroirs. Le passage au djihadisme d’une petite minorité d’entre eux leur restitue, sur le plan imaginaire, la fierté, voire la dignité, en opposition à la société, légitimant la violence aveugle contre celle-ci.

« La proximité d’un quartier pauvre et d’un quartier riche peut donner lieu à des formes de frustration et d’indignation favorisant le djihadisme »

Quelquefois, on observe l’association de deux villes ou d’une ville et d’une agglomération qui font tandem dans le djihadisme : on peut citer plusieurs cas de cette nature en France, comme Toulouse-Artigat et Cannes-Torcy, et en Angleterre. Souvent, la proximité d’un quartier pauvre et d’un quartier riche peut donner lieu à des formes de frustration et d’indignation favorisant le djihadisme. Il n’y a certes pas de causalité stricte, mais ce phénomène urbain se retrouve au sein de nombreuses villes européennes où a sévi le djihadisme. C’est le cas de North Kensington, où se trouve la Grenfell Tower qui a pris feu le 14 juin 2017, causant 79 morts. Ce quartier fait partie des 10 % de quartiers les plus pauvres en Angleterre, mais il côtoie dans le même temps des quartiers cossus où se trouvent des hôtels particuliers achetés par des propriétaires étrangers qui les habitent rarement. C’est aussi le cas des logements sociaux dans des arrondissements parisiens en voie de gentrification comme le 19e arrondissement, dont sont issus les membres de la filière des Buttes-Chaumont (la Cité moderne). C’est aussi le cas des jeunes de Molenbeek, en Belgique : dans ce district, la pauvreté jouxte d’autres quartiers en voie de gentrification. On retrouve ce même phénomène à Nice avec le quartier de l’Ariane.

L’histoire du dernier demi-siècle peut aussi jouer un rôle significatif. A Nice, le repli des membres du Front islamique du salut et, par la suite, du Groupe islamique armé dans les années 1990 a eu un impact important sur l’endoctrinement, voire la radicalisation, d’une part de la population d’origine immigrée dans la décennie suivante. Même si la ville n’explique pas tout, la plupart des djihadistes européens proviennent de zones, de villes ou de régions relativement bien circonscrites dans l’espace. Ce sont des « hotbeds », c’est-à-dire des creusets du recrutement djihadiste.

Absence d’utopie et individualisme

Le recrutement des djihadistes peut se faire aussi dans des quartiers de classes moyennes, mais là, ce sont le mal-être des jeunes des couches moyennes, l’absence d’utopie, la crainte du déclassement social et un individualisme souvent atomisé et anomique qui sont à l’origine de la radicalisation d’une jeunesse qui ne peut plus se référer à des idéaux d’extrême gauche pour se donner une vocation héroïque. La nouveauté est l’attrait du djihadisme, qui a été à l’origine de la conversion d’un nombre significatif de jeunes à la version radicale de l’islam (entre 8 % et quelque 20 % selon les pays européens). Dans ce dernier cas, l’urbain ne joue pas le même rôle que dans le cas des quartiers banlieusardisés. Toujours est-il que ce dernier cas est de loin majoritaire chez les djihadistes européens.

En résumé, l’Europe est malade de ses quartiers enclavés où sont enfermés des jeunes en majorité d’origine immigrée et économiquement marginalisés. Elle n’a pas su les intégrer, et tant que cette structure urbaine n’est pas mise en cause, on peut s’attendre soit au djihadisme, soit à une délinquance effrénée au sein d’un milieu clos où l’on voit en même temps se développer une religiosité puritaine et sectaire, le salafisme dit piétiste.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.