17 mai 2018 | Lotte Buch Segal « Torture et temporalité dans une clinique de réhabilitation pour les survivants de la torture au Danemark” | Séminaire Violence et sortie de la violence (FMSH)

Séminaire
Violence et sortie de violence 
dirigé par
Michel Wieviorka, Jean-Pierre Dozon, Yvon Le Bot et Farhad Khosrokhavar
Intervention de
Lotte Buch Segal

“Torture et temporalité dans une clinique de réhabilitation

 
pour les survivants de la torture au Danemark

 

(séance en anglais)

 

17 mai 2018

17h30-19h30 | Salle A3-35 | 54, bd Raspail 75 006 Paris
  Sur inscription smelenotte@msh-paris.fr 

 

Résumé :

Au cœur du processus thérapeutique réside l’idée d’une guérison plus ou moins lente ou l’attente, au moins, d’une amélioration mesurable. Que se passe-t-il cependant si les traitements, même durables, ne parviennent pas à améliorer la vie ou la santé des patients ? De ce point de vue, les douleurs chroniques, les maladies longues ou incurables comptent parmi les défis auxquels est confrontée la médecine conventionnelle. Pourtant, parmi les professionnels de santé ayant travaillé avec des victimes de torture ou de violence politique, il est tacitement admis que, si une amélioration est possible à travers des traitements hautement spécialisés et fondés sur des éléments de preuves comme le PTSD (Posttraumatic Stress Disorder), la torture pose un problème particulier pour ceux qui travaillent à améliorer la santé globale et le bien-être des personnes touchées.

Basée sur une enquête de terrain menée dans une clinique de réadaptation pour les survivants de torture au Danemark, cette présentation soutient que certaines formes de souffrance posent un défi spécifique à la dynamique temporelle de la guérison. Cette présentation aborde les difficultés à traiter des séquelles durables de la torture comme un problème renvoyant à un registre éthique et une question de temporalité. C’est en croisant ces deux dimensions qu’il est possible de dégager une piste pour comprendre les difficultés à offrir un réconfort à la douleur qui découle de la torture. En s’appuyant sur l’hypothèse de Toby Kelly selon laquelle le manque de reconnaissance de la torture ne réside pas dans l’incapacité des victimes à parler mais de notre volonté de les écouter, les difficultés rencontrées pour traiter des séquelles à long-terme des tortures nous informent directement sur les possibilités de reconstruction d’une vie décente que les pays d’accueil sont en mesure d’offrir aux réfugiés ayant subis la torture dans leur pays d’origine ou au cours de leur périple vers l’Europe.

Bio :

Lotte Buch Segal est professeure assistante au département d’anthropologie de l’Université de Copenhague et membre de l’International Panel on Exiting Violence. Ses recherches portent sur les questions de la résistance, de la violence et de la subjectivité au sein des familles arabes touchées par les conflits, tant celles qui vivent dans le monde arabe que celles réfugiées en Europe.Dans ce cadre, elle a notamment travaillé sur la Palestine et, plus spécifiquement, sur les familles des prisonniers palestiniens et de ceux que certains désignent comme des « martyrs ». Son premier ouvrage No Place for Grief-Martyrs, Prisoners and Mourning in Contemporary Palestine est paru en 2016. Une autre partie de ses recherches porte sur la dimension genrée de l’expérience de la torture. Elle rédige actuellement les conclusions d’un projet collectif intitulé  « Slippery Suffering: A comparative ethnographic study on the encounters between survivors of violence from the MENA region and the Scandinavian welfare states ». Ce projet repose sur l’idée que les réfugiés vivent différemment avec leurs expériences de guerre, de violence et de torture passées en fonction des différentes manières dont ils sont accueillis et reconnus en Scandinavie. La séance du séminaire s’appuiera sur les perspectives ouvertes par cette dernière enquête.

Pour écouter l’audio de la séance :

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.