Reprise du séminaire Violence et sortie de la violence | 11 octobre 2018 – Emma Wills, “Les femmes, la guerre et le processus de paix. Le cas colombien” | FMSH

Reprise du séminaire

Violence et sortie de la violence

Première séance

11 octobre 2018

16h30-18h30 | Salle A3-35 | 54, bd Raspail 75 006 Paris

Introduction

Michel Wieviorka, Yvon Le Bot et Pierre Conesa

suivie de la conférence de

Maria Emma Wills

Les femmes, la guerre et le processus de paix.

Le cas colombien.

La séance sera suivie d’un cocktail

Sur inscription: inscription.seminaire@msh-paris.fr (inscription automatique par l’envoi d’un mail)

Cette séance exceptionnelle est coorganisée par le séminaire de la Plateforme Violence et sortie de la violence et le séminaire de la Chaire Destins mondiaux de l’Amérique latine du Collège d’études mondiales (FMSH). 

Résumé
L’intervention de Maria Emma Wills entend développer une approche des processus de paix qui soit sensible à la question du genre, en s’appuyant notamment sur le cas colombien et sa récente expérience au Centre national de la mémoire historique en Colombie. Pour Maria Emma Wills, la seule présence de femmes au sein des lieux de décision, de pouvoir et de négociation ne suffit pas pour que les discriminations genrées, les droits des femmes, leurs intérêts, revendications et aspirations soient prises en compte. Cette simplification du problème repose sur l’hypothèse que le seul fait d’être une femme induit à lui seul et mécaniquement une position politique vis-à-vis de la discrimination des femmes. Pourtant, la présence de femmes dans des cercles politiques est loin de constituer une masse critique suffisante pour défendre le droit des femmes à l’inclusion et à la non-discrimination, dans la vie politique “ordinaire” ou à des moments plus exceptionnels. Fort de ces considérations, l’inscription de la question du genre dans le processus de paix ne se limite pas uniquement au fait d’amener des femmes à la table des négociations. Il s’agit plutôt de représenter les intérêts des femmes à des moments cruciaux, lorsque de nouvelles normes et de nouveaux pactes sociaux sont élaborés pour conduire les sociétés d’une dynamique de violence à une convivialité fondée sur le dialogue, sur des formes nouvelles et créatives de contestations, ainsi que sur des compromis. Pour ce faire, Maria Emma Wills développera deux arguments afin de permettre une meilleure inclusion des femmes dans les processus de paix. D’abord, ces représentations ne devraient pas être traitées uniquement depuis les préoccupations actuelles mais être éclairées par l’histoire qui produit et maintient les inégalités, et telle qu’elle est reconstituée par les historien(ne)s professionnel(le)s, les militant(e)s, les actrices et les leaders communautaires, avec leurs mémoires personnelles et collectives. Observer le passé du point de vue de la mémoire historique permet de comprendre la complexité du présent et d’imaginer des voies nouvelles pour parvenir à un futur plus inclusif et équitable, qui tienne compte des barrières qui ont, sur le long terme, empêché le changement. Ensuite, Maria Emma Wills insistera sur la valeur pédagogique même du dialogue, y compris avec les partis situés « de l’autre côté de la barrière », qui cristallise ce qui est en jeu dans la négociation de paix : la volonté des partis adverses de s’asseoir autour de la même table pour discuter et expliquer leurs points de vue opposés.  

Bio
Maria Emma Wills est politologue mais adopte une démarche interdisciplinaire (science politique, relations internationales, théories féministes et sur la mémoire) pour traiter du conflit armé colombien, des droits de l’homme, de la mémoire et du genre. De 2012 à 2018, elle est l’ancienne directrice adjointe du Centre National de la Mémoire Historique (CNMH) en Colombie. En 2014, au milieu des négociations de paix à La Havane entre les FARC et le gouvernement colombien, elle devient membre de la Commission historique sur le conflit et ses victimes. Maria Emma Wills est alors la seule femme des 14 prestigieux universitaires en charge d’enquêter et de rédiger un rapport sur les origines et les causes du conflit armé. De 2008 à 2011, Dr. Wills dirige l’équipe de recherche “Genre et femmes” du Groupe de la mémoire historique. Trois livres et des outils méthodologiques en sont issus. L’un d’eux, Women who make history. Land, body and politics in the Caribbean Coast, a reçu en 2012 la mention honorable de la section Colombie de la Latin American Studies Association. Son ouvrage sur l’inclusion et la représentation des femmes en Colombie de 1970 à 2000 est devenue une référence en Amérique latine. Depuis 2013, elle coordonne un projet pédagogique de formation de professeurs pour enseigner l’histoire de la guerre en Colombie depuis la perspective de la mémoire historique. Dans ce cadre, le Global Leadership Academy et la Nelson Mandela Foundation l’a invitée à présenter ce travail. Maria Emma Wills est aujourd’hui à Paris dans le cadre du programme DEA à la FMSH.

Cinq publications majeures : Wills Obregón, Maria Emma, Camila Medina, María Luisa Moreno and Viviana Quintero. (2011) Women and War. Victims and Resistant from Colombia´s Caribe (1997-2005).Bogotá: Taurus, Fundación Semana, CNRR-GMH. Wills Obregón, Maria Emma, Pilar Riaño, Esther Polo and Viviana Quintero. (2011) Mujeres que hacen historia. Tierra, cuerpo y política en el Caribe colombiano. Bogotá: Taurus, Fundación Semana, CNRR-GMH. Wills Obregón, Maria Emma. (2007). Inclusion Without Representation: Women´s Breakthrough in Colombian Politics (1979-2000)].Bogotá: Editorial Norma.Wills Obregón, Maria Emma. (2009) ‘Historia, memoria, género: trayectoria de una iniciativa y aprendizajes.” In Compilación, ¿Justicia Desigual? Género y derechos de las víctimas en Colombia, pp. 41-85. Bogotá: UNIFEM.Wills Obregón, Maria Emma. (2005) “The change in the rules as a strategy for women’s political inclusion: fruits and weaknesses of a process.” In Rodriguez, Rocío; Pizarro Clara Eduardo (eds.) The challenges of democracy. Old and new forms of politics in Colombia and Latin America, pp. 160-189. Bogotá: Colombia National Forum Foundation, IEPRI-A, Heinrich Boll Foundation.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.