Comité scientifique international

Guichaoua_Photo.jpg

André Guichaoua est professeur des universités à Paris 1 Panthéon Sorbonne. Spécialiste de la région des Grands Lacs africains, il est un témoin et un expert du bureau du Procureur du Tribunal international pour le Rwanda.

Saoud el-Mawla est Professeur en Sociologie Politique et Religieuse des Pays Arabes à l’Institut des Hautes Etudes en Sciences Humaines et Sociales à Doha, Qatar. Né à Beyrouth en 1953, il a obtenu un doctorat en Islamologie à l’Université Sorbonne de Paris. Depuis 1985 il est l’auteur de nombreux ouvrages sur le dialogue interreligieux et sur le chiisme. Plus récemment, il s’intéresse aux mouvements islamiques et à la violence.

Sandrine Lefranc est chargée de recherche à l’Institut des Sciences sociales du Politique (ISP). Elle s’est spécialisée dans l’étude des dispositifs de sortie de conflit politique violent (répression étatique, guerre civile) mis en place par des acteurs locaux et internationaux.

Afficher l'image d'origine

William O’Neill est directeur de programme au Conflict prevention and peace forum (CPPF). Il est avocat spécilisé dans l’humanitaire, les droits de l’Homme et des réfugiés. Il a été conseiller des droits de l’Homme durant la mission de l’ONU au Kosovo, chef du Human Rights Field Operation de l’ONU au Rwanda et a mené le service juridique de la mission en Haiti de l’ONU et de l’OAS.

Gonzalo Sanchez est directeur du Centre national de la mémoire historique de Bogotá (CNMH) en Colombie. Il est avocat et philosophe. En plus de ses analyses sur les violences, il a été professeur invité dans de nombreuses Universités de par le monde comme la Duke University, l’École des hautes études en sciences sociales et University College of London. Son analyse de la violence et des conflits lui a valu de nombreuses distinctions telle que l’Orden Gerardo Molina de l’Université national de Colombie et le Martin Diskin Memorial Lectureship de la Latin American Studies Association.

Afficher l'image d'origine

Jacques Sémelin est directeur de recherche au CNRS au Centre d’études et de recherches internationales (CERI) et professeur à l’Institut d’Études Politiques. Ses recherches portent sur les processus de résistance civile au sein des dictatures ainsi que sur l’analyse des massacres et génocides, depuis une approche pluridisciplinaire en histoire, science politique et psychologie sociale.