ANR SoV – Sortir de la violence

L’ANR SoV – Sortir de la violence s’inscrit dans le Défi 9 « Liberté et sécurité de l’Europe et de ses résidents » et dans l’Axe 3 « Sécurité des personnes et des collectifs ; lutte contre le crime, le terrorisme et la radicalisation violente ».

La recherche a débuté en janvier 2017 et durera au moins 36 mois.

Dirigée par Yvon Le Bot, elle part des travaux sur la radicalisation et les violences extrêmes pour aboutir à l’analyse de la sortie et de la prévention de la violence. Cette étude part de recherches empiriques et compare de manière transversale et multidimensionnelle des expériences de violence extrême et de sortie de violence situées dans des aires géographiques différentes.

Le projet SoV a pour objectif de livrer des clés de compréhension aux phénomènes contemporains, en combinant des apports pluridisciplinaires (sociologie, science politique, anthropologie, droit), en dépassant le « nationalisme méthodologique » et les cloisonnements théoriques et géographiques trop souvent reproduits. Il permettra d’approfondir les motifs de la mobilisation radicale et violente et de contribuer à l’apport de connaissances transversales. , en confrontant plusieurs contextes d’affrontements armés, afin d’apporter des éclairages utiles aux acteurs et décideurs politiques, ainsi qu’aux chercheurs et analystes.

La perspective comparatiste et la méthodologie originale permettront de croiser plusieurs terrains en Amérique latine (Mexique, Colombie), en Afrique (Côte d’Ivoire), en Europe (région toulousaine, pays basque espagnole), au Proche et au Moyen-Orient (Liban, Irak, Syrie) ; d’articuler les niveaux d’analyse (de l’individu aux phénomènes globaux) ; de décloisonner les aires géographiques ; d’étudier les processus de subjectivation et de dé-subjectivation des acteurs.

Quatre axes transversaux seront privilégiés, grâce aux travaux menés sous la direction d’une dizaine de chercheurs confirmés :

1. De l’expérience subjective à l’engagement collectif

Sous la responsabilité de Jérôme Ferret et Michel Wieviorka

Cette tâche vise à considérer dans un premier temps des personnes singulières s’étant engagées dans la violence : dans leur environnement, mais aussi dans leurs efforts pour se constituer en sujets de leur existence dans des sociétés individualistes (Michel Wieviorka, 2012), pour donner suite à une expérience de « brutalisation » (George Mosse, 2000), être reconnus, renverser une image de soi négative, mettre fin à l’échec, etc.
Comment des individus passent-ils à l’action collective violente ? D’abord, cette entrée dans la violence est au moins en partie un choix personnel et subjectif, sans être pour autant une fatalité et même si, dans certains cas, l’individu concerné est manipulé, forcé à s’embrigader ou victime d’un « lavage de cerveau ». Par exemple, les explications du recrutement de jeunes sont multifactorielles, au-delà d’interprétations hâtives et fermées : au sujet de l’islam radical, il est parfois dit que la radicalisation précède l’islamisation : empiriquement, cela est possible mais pas toujours, car dans certains cas, le passage par la mosquée précède la radicalisation, et dans d’autres, les deux vont de pair. Le processus qui conduit à ce choix est parfois longuement individuel si bien que certains spécialistes parlent d’« auto-radicalisation » à propos par exemple, de ces jeunes filles qui rejoignent Daech à l’issue de démarches qu’elles entreprennent seules, sur Internet. On envisagera également le processus inverse, des mouvements qui partent du ou des collectif(s) qui se « brutalisent » pour aboutir au façonnement de subjectivités qui vont passer à l’acte. Les guerres civiles en Amérique latine ou en Afrique procèdent souvent ainsi.
Il peut s’agir d’une quête de sens, liée à une perte, un manque de repères et de perspectives, voire à une impossibilité à trouver une place dans la société (cf. travaux de Farhad Khosrokhavar). Ce sens nouveau peut être associé à un mouvement conflictuel naissant et pas encore structuré, comme lors des épisodes d’attaques anarchistes en France à la fin du XIXème siècle, avant que le mouvement ouvrier ne se mette en place ; ou à un conflit entrant dans sa phase de déclin historique, comme l’est Daech, pour certains auteurs. Cette quête de sens rattache l’individu au collectif par le biais de la subjectivation qui peut relever du religieux, du politique ou du géopolitique, avec des relents éventuellement racistes, islamophobes ou antisémites. Elle peut faire entrer les individus qui s’y retrouvent dans un tout nouvel univers de significations où ils reconstituent de nouvelles communautés de sens. L’étude des intermédiaires (intellectuels, leaders religieux, idéologues) et des lieux (mosquées ; prisons ; espaces domestiques ; claniques ou tribaux ; Internet et réseaux sociaux, etc.) permettra de saisir concrètement la mise en relation entre des individus, des collectifs et des « communautés de violence ».
Une typologie multi-niveaux permettra ainsi d’aller du plus individuel au plus global sans sous-estimer ni surévaluer les spécificités nationales ou régionales des acteurs envisagés, et en apportant des connaissances transversales. Il sera alors possible de réfléchir à la sortie ou à l’évitement de la violence en dépassant les généralités et les raisonnements unidimensionnels et en tenant compte de la diversité des configurations locales.

2. Le passage à l’acte et les méthodes d’exécution

Sous la responsabilité de Jean-Pierre Dozon et Sabrina Melenotte

Il s’agira ici d’étudier les modalités du passage à l’acte des radicalisations violentes sur un spectre allant de l’armement aux méthodes d’exécutions cruelles. Il faut comprendre ce moment de basculement dans la radicalisation violente pour envisager la sortie ou la prévention de la violence. En Afrique, en Amérique latine en France ou au Moyen-Orient, on observe des régularités dans les modes opératoires et dans la conduite effective d’actions violentes sur les corps, leur mise en scène et leur médiatisation publique en vue de semer la terreur. Ainsi, les décapitations, les démembrements et autres mutilations utilisées par Daech au Proche et Moyen-Orient par exemple, ne sont pas sans rappeler les méthodes d’exécution mises en oeuvre par certains narcotrafiquants mexicains. Cette violence extrême renvoie également à bien des épisodes de guerres civiles ou de génocides, à des pratiques plus « ordinaires » de mises à mort (individus brûlés vifs) en Afrique. Si ces questions relatives aux corps suppliciés sont peu soulevées dans les analyses contemporaines, elles donnent pourtant à voir plusieurs des enjeux développés dans les autres « tâches ». En effet, la prolifération contemporaine d’acteurs civils armés qui se professionnalisent dans les guerres civiles et les conflits violents interroge l’élaboration de carrières et d’ascensions sociales individuelles (Marielle Debos 2013) autour d’une économie et d’une culture de la violence. Cette économie de la violence se fabrique avec des outils permettant l’exécution, ce qui d’une part implique un commerce illégal d’armes et d’autres activités illégales et criminelles et d’autre part suppose la circulation d’objets et de savoir-faire acquis et transmis dans les réseaux familiaux et sociaux (tâche 4). L’une piste, ici, consistera à voir comment l’usage du corps supplicié peut varier sur un spectre allant de la dissimulation et la disparition des corps à l’exhibition des cadavres. Dans certains cas, les corps sont brûlés, inhumés, ou jetés dans des fosses. Dans d’autres configurations, les groupes criminels mettent les corps sur la scène publique et médiatique, publicisent les exactions pour générer la terreur.
Cette tâche détaillera donc les étapes successives de la radicalisation de manière très pratique, de l’armement au passage à l’acte, avec un spectre ample de situations qui décline avec nuance une multitude de formes de violences extrêmes, généralement regroupés sous le même terme de « radicalisation » : armement, auto-défense, enlèvement, déshumanisation par le langage, passage à l’acte, torture, violence extrême sans mise à mort, etc. Il faudra aussi réfléchir aux acteurs militaires, policiers et criminels dans l’élaboration du modus operandi de la violence, et voir comment les répertoires d’action violente sont spécifiques ou au contraire circulent et s’échangent entre les méthodes militaires et miliciennes dans la sphère civile. Enfin, en articulant les outils de l’anthropologie des corps suppliciés (Foucault, Godelier, Bataille, etc.) et les apports de la sociologie des médias, il s’agira de comprendre le rôle joué par les supports de communication dans la mise en scène d’actes violents sur les réseaux sociaux.

3. Comment sortir de la violence (ou ne pas y entrer)?

Sous la responsabilité d’Yvon Le Bot

Cette tâche tentera de dégager des orientations (non pas des modèles) de sortie de la violence, des logiques d’action qui dessinent des convergences entre des expériences pourtant multiples et singulières
Il s’agira d’abord de rencontrer des acteurs militaires, policiers et juridico-politiques de la sortie de la violence et autres experts variés sur des terrains divers: politologues spécialistes de la violence, expert des Nations Unies ayant animé des négociations de paix (au Guatemala ou au Pakistan), ou encore des juristes ayant pris part à des missions internationales sur les droits humains en Amérique latine et en Afrique, etc. Le séminaire a déjà accueilli Paulo Sergio Pinheiro (juriste, expert en droits humains auprès des Nations unies notamment pour la Syrie, le Burundi et le Myanmar, directeur de la commission internationale d’enquête sur la Syrie).
Peut-on sortir de la violence par le mouvement social ? L’originalité de notre projet réside aussi dans cette interrogation sur la sortie de la violence « par le bas », l’action de la société civile et les mouvements sociaux. Nous nous interrogerons sur la capacité des acteurs sociaux et culturels à esquiver, contrer ou freiner les formes de violence extrêmes.
Les mouvements d’évitement de la violence : les acteurs déploient avec plus ou moins d’efficacité des stratégies pour ne pas être entrainés dans l’engrenage des violences, pour s’y soustraire ou pour les contourner. En Amérique latine, les mouvements indiens (Colombie et Mexique entre autres) ont démontré une forte propension à organiser la contestation et l’action collective, sans avoir recours à la violence armée, sinon de manière exceptionnelle et défensive. Dans le monde musulman se pose à l’inverse la question de comprendre l’échec des acteurs des « printemps arabes » impuissants , sauf en Tunisie, à empêcher les déferlements de violence.
Les mouvements contre la violence : il s’agit de mobilisations qui tentent de s’opposer, d’enrayer ou de stopper des violences en cours. Combinées à d’autres logiques d’action collective, comme au Mexique après le massacre des étudiants d’Ayotzinapa, on assiste à un soulèvement moral contre l’hyper-violence qui déborde les appareils étatiques traditionnels. Les mobilisations des victimes ou des proches des victimes seront étudiés, mais en les abordant depuis leur capacité à devenir des acteurs. A l’inverse, il faudra interroger la faiblesse des mobilisations sociales et culturelles contre les attentats terroristes dans un grand nombre de pays, hormis les réactions ponctuelles après les attentats de Paris. Une hypothèse est que les régimes autoritaires parviennent à éliminer la créativité des acteurs sociaux à se mobiliser, et que l’on observe ce phénomène aussi dans des régimes démocratiques en déclin.

Les mouvements contre l’oubli, pour la mémoire : ces mouvements font suite à une catastrophe et sont portés d’abord par les victimes, leurs proches et les individus ou les groupes qui s’identifient ou se solidarisent avec elles. En Amérique latine, ces mouvements prennent une grande ampleur dès les années 1960, et perdure encore aujourd’hui. Focalisées sur la figue de la victime, ces mobilisations passent par des exhumations, des identifications, ainsi que des récits qui visent à « mettre en mémoire » les violences. Une place singulière sera accordée au rôle joué par les femmes dans les associations et les ONG pour les « disparus », pour la paix et contre l’oubli.

4. Justice, injustice et émotions politiques

Sous la responsabilité de Pénélope Larzillière et Jacobo Grajales

La parenté, les proximités de fait et enfin Internet constitueront les trois entrées de cette tâche sur les réseaux (sociaux). La notion de réseau sert à la fois à décrire les dimensions les plus informelles de la structure sociale, à repenser « pouvoir » et « hiérarchie » de manière relationnelle, à explorer les échanges et les rapports de force en même temps que les statuts sociaux. Le principal défi de cette notion consiste à s’en approcher dans une logique de tension permanente : à la fois du point de vue de l’action individuelle, créatrice d’ensembles normatifs et de dispositifs institutionnels, et du point de vue des contextes normatifs et des contraintes institutionnelles déjà établies qui entendent prévenir et définir ces actions. Qu’il se situe dans un rapport concret ou virtuel, qu’il se comprenne dans un périmètre local ou global, si le réseau peut éclairer la voie qui mène à la violence, l’idée est qu’il doit pouvoir éclairer la voie qui en proposerait une sortie.
D’abord, dans une démarche analytique, il s’agira de montrer en quoi, si la radicalisation a une projection globale, des structures locales et institutionnelles lui servent éventuellement de base. En effet, remonter aux origines familiales, locales, tribales, voire nationales de certains chefs, commanditaires d’attentats terroristes ou kamikazes a permis bien souvent de faire surgir un attachement indéfectible à ces ancrages qui auraient pu paraître dépassés à l’échelle d’un djihadisme international. Néanmoins, l’assimilation puis la translation de ces solidarités de parenté au sein des réseaux de violence, les règles morales et les obligations qu’elles transfèrent nous enjoignent de nous interroger sur les analogies et les différences que la radicalisation crée avec la fraternité consanguine. Cette parenté reconstituée permettant aussi de discriminer l’ennemi comprend alors la victimisation des parents et des proches, pouvant aller jusqu’à leur élimination.
La recherche portera également sur les réseaux structurés autour des liens de voisinage, d’amitié, de camaraderie, etc., sur la construction de l’ami comme de l’ennemi. L’étude des discours politiques et communautaires intégrés par les sujets suggère que la radicalisation se manifeste par la destruction d’un lien, justifié par ailleurs comme fondateur d’un nouvel ordre pacifique. La Côte d’Ivoire mérite ici examen : une citoyenneté de zones y est de mise, elle fait s’opposer des quartiers, des familles, parfois sous forme de représailles ou de tentatives d’épuration ethnique.
Enfin, une composante non négligeable aujourd’hui de la notion de réseau se situe dans le cadre du virtuel : outre l’utilisation massive du net dans les mises en scènes de la radicalisation et dans le recrutement des acteurs, il s’agira surtout de voir comment le réseau social se concrétise en acteur de mouvement social. Le réseau social virtuel apparaît comme une alternative à la perte de pouvoir et de représentation politique et sociale en abolissant des formes de hiérarchies plus classiques.

Le partenariat est établi entre la FMSH via la Plateforme Violence et sortie de la violence et la MSHS – Toulouse via la Plateforme Radicalités et régulations.